Le virus circule fréquemment en Afrique, mais la centaine de cas récemment répertoriés dans 11 pays interroge.
Le virus circule fréquemment en Afrique, mais la centaine de cas récemment répertoriés dans 11 pays interroge.
Le virus circule fréquemment en Afrique, mais la centaine de cas récemment répertoriés dans 11 pays interroge. ©Getty - Smith Collection/Gado
Le virus circule fréquemment en Afrique, mais la centaine de cas récemment répertoriés dans 11 pays interroge. ©Getty - Smith Collection/Gado
Le virus circule fréquemment en Afrique, mais la centaine de cas récemment répertoriés dans 11 pays interroge. ©Getty - Smith Collection/Gado
Publicité
Résumé

La variole du singe est bel et bien arrivée en France. Un premier cas a été détecté jeudi. Identifiée pour la première fois chez l’homme en 1970, elle était habituellement plutôt circonscrite au continent africain. Faut-il craindre une propagation ?

avec :

Eric d'Ortenzio (Médecin et épidémiologiste, ANRS-Maladies infectieuses émergentes/Inserm).

En savoir plus

La variole du singe appartient à la même famille de virus que la variole et apparait principalement dans les régions des pays d'Afrique centrale et occidentale, proches des forêts tropicales humides.

Désormais, plusieurs dizaines de cas suspects ou confirmés de variole du singe, qui circule habituellement en Afrique, ont été signalés en Europe et en Amérique du Nord. Ces cas font l'objet d'une enquête.

Publicité

L’incubation de la maladie peut aller de cinq à vingt et un jours. La phase de fièvre dure environ un à trois jours.

Selon l'OMS (l'Organisation Mondiale de la Santé), la plupart des personnes infectées se remettent de la variole du singe en quelques semaines.

Pour comprendre la situation, Guillaume Erner s'entretient avec Eric D’Ortenzio , médecin et épidémiologiste à l'ANRS-Maladies infectieuses émergentes/Inserm.

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Une zoonose aux symptômes plus modérés que la variole

La variole du singe est une zoonose, une maladie qui se transmet de l’animal à l’homme. Eric D’Ortenzio explique qu’on l’appelle variole du singe car elle a été découverte pour la première fois en 1958 chez des singes de laboratoires. "En réalité, ce sont plutôt des rongeurs qui la transmettent à l’homme".

Les symptômes sont plus modérés que ceux de la variole. "Ils commencent par une fièvre, une fatigue et des ganglions gonflés au niveau du cou. Un à trois jours après cette phase, la variole du singe provoque une éruption cutanée qui se caractérise par de petites macules, des papules, des petites vésicules voire des pustules qui touchent essentiellement le visage puis les membres et le corps entier".

Après six à treize jours d’incubation, les symptômes durent une quinzaine de jours. Il n’y a pas de traitements spécifiques pour l’instant. "Ceux utilisés pour la variole pourraient être efficaces et utilisés".

Une première sur le sol européen et américain à surveiller

La transmission sur le sol européen et américain est une première et il faut suivre la situation avec vigilance selon Eric D’Ortenzio. "Les premières analyses génétiques ont montré que c’est un virus à ADN qui mute donc moins que les virus à ARN".

La variole est plus grave, avec 30% de létalité. Aucun décès ou cas grave n’ont été recensés concernant la variole du singe. "Un enfant atteint est cependant hospitalisé en Angleterre".

"On sait que la maladie se transmet par contacts rapprochés, de peau à peau ou de muqueuse à muqueuse. La transmission par gouttelettes respiratoires est également décrite". La contamination sexuelle n’est cependant pas avérée selon Eric D’Ortenzio. Il faut consulter son médecin si suspicion. Si le cas est confirmé il faut s’isoler.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration