Photo d'étudiants.
Photo d'étudiants.
Photo d'étudiants. ©Getty - Siriporn Wongmanee / EyeEm
Photo d'étudiants. ©Getty - Siriporn Wongmanee / EyeEm
Photo d'étudiants. ©Getty - Siriporn Wongmanee / EyeEm
Publicité
Résumé

Samedi 20 juin 2020 démarreront les épreuves écrites d’une série de concours pour entrer dans les grandes écoles. Des épreuves qui sont les mêmes pour tous les candidats, c’est le principe du concours. A prime abord, le système paraît donc juste et équitable. Qu'en est-il vraiment ?

avec :

Nicolas Charles (), Maître de conférences en sociologie à l'université de Bordeaux et chercheur au Centre Emile Durkheim).

En savoir plus

Samedi 20 juin 2020, démarreront les épreuves écrites d’une série de concours aux grandes écoles : Polytechnique, Ecoles normales supérieures, CentraleSupelec, Mines-Pont… ces concours seront étalés sur plusieurs semaines, jusqu’à début août 2020. Le contexte sanitaire a contraint les grandes écoles à revoir non seulement l’agenda de ces différentes épreuves mais aussi leurs conditions d’exercice. Des épreuves qui sont les mêmes pour tous les candidats, c’est le principe du concours. A prime abord, le système paraît donc juste et équitable. Mais l’est-il vraiment ? Les concours ne seraient-ils pas, au contraire, élitistes ? La question fait débat.

Hervé Gardette reçoit Nicolas Charles, maître de conférence en sociologie à l’Université de Bordeaux, auteur notamment de « Enseignement supérieur et justice sociale » ed. La documentation française.

Publicité

À réécouter : La culture générale, est-ce une culture officielle ?