/
/ ©Getty - JTSorrell
/ ©Getty - JTSorrell
/ ©Getty - JTSorrell
Publicité

Une étude canadienne publiée le 2 mai 2022 a suivi près de 9 000 enfants de 6 mois à 8 ans ayant adopté un régime végétarien. Objectif : évaluer l'impact de ce régime alimentaire sur leur croissance.

Avec
  • Patrick Tounian chef du service de nutrition pédiatrique de l'hôpital Trousseau (AP-HP)

Les enfants végétariens grandissent-ils comme les autres ? Une étude canadienne publiée début mai dans la revue « Pediatrics » apporte plusieurs éléments de réponses. Près de 9 000 enfants âgés de 6 mois à 8 ans ont été suivis pendant près de trois ans. Quels enseignements en tirer ? Le régime végétarien peut-il être adapté pour les enfants comme il peut l’être pour les adultes ?

Guillaume Erner reçoit Patrick Tounian, chef du service de Nutrition et gastroentérologie pédiatriques de l’hôpital Trousseau à Paris.

Publicité

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Du fer bien assimilable dans la viande

"Cet article, très médiatisé, éclipse la réalité", estime Patrick Tounian. Pour rappel, le végétarisme consiste à exclure les produits carnés de son alimentation tout en continuant à manger des produits laitiers et pour certains du poisson. "On peut être végétarien et avoir une croissance normale. Mais la majorité des enfants vont avoir une carence en fer".

Le principal intérêt de la viande est le fer qu’elle contient et qui est bien assimilable. Le poisson apporte également un peu de fer comme le thon, mais il amène surtout un acide gras important pour la croissance cérébrale. On trouve très peu de fer dans les oeufs. Les épinards contiennent plus de fer que la plupart des viandes comme le veau ou le poulet explique Patrick Tounian. "En revanche il est huit fois moins bien absorbé donc il en faut huit fois plus. Un enfant de trois ans devrait ainsi manger près d’un kilo d’épinards par jour pour avoir le bon apport en fer sans consommation de viande".

Le problème de la carence en fer

En Europe 1/3 des adolescents et 1/3 des femmes sont carencés en fer. "La carence en fer induit une anémie donc une fatigue, une augmentation de la susceptibilité aux affections, des troubles psychiatrique comme l’hyperactivité, et a un effet cognitif."

Dans cette étude 80% des enfants ont moins de quatre ans insiste Patrick Tounian. "Et avant quatre ans, c’est le lait de croissance qui est du lait enrichi en fer qui assure les apports en fer. La société française de pédiatrie recommande de poursuivre le lait de croissance jusqu’à trois à six ans. Quand un enfant arrête le lait de croissance, il est recommandé de donner aux enfants de six à dix-huit ans deux portions carnées par jour".

Deux portions carnées par jour pour les enfants ou des compléments en fer

La tendance actuelle d’enlever la viande dans les cantines est dramatique d’un point de vue de santé publique selon Patrick Tounian. "Si les parents et adolescents veulent être végétariens, il faut qu’ils consultent un médecin compétent pour savoir quel complément prendre pour ne pas être carencés. On entend partout que trop de viande est dangereux mais je ne le comprends pas. Il n’a jamais été démontré chez l’enfant que l’excès de viande pouvait amener des effets délétères. Je n’ai jamais vu d’enfant qui avait des carences car il me mangeait pas assez de légumes".

L'équipe