Le manque de diversité dans les grandes écoles est aussi le reflet de celles qu’on trouve dans les classes préparatoires, et même au niveau baccalauréat.
Le manque de diversité dans les grandes écoles est aussi le reflet de celles qu’on trouve dans les classes préparatoires, et même au niveau baccalauréat. ©Getty - erhui1979
Le manque de diversité dans les grandes écoles est aussi le reflet de celles qu’on trouve dans les classes préparatoires, et même au niveau baccalauréat. ©Getty - erhui1979
Le manque de diversité dans les grandes écoles est aussi le reflet de celles qu’on trouve dans les classes préparatoires, et même au niveau baccalauréat. ©Getty - erhui1979
Publicité

Entre 2006 et 2016, les grandes écoles n’ont pas accueilli davantage d’enfants de personnes sans emplois ou d’enfants ouvriers. Selon une étude parue hier, ils sont moins d’un sur dix dans ces établissements, et même un sur vingt pour les écoles les plus sélectives.

Avec
  • Julien Grenet économiste, Directeur de recherche au CNRS, professeur associé à l'École d'économie de Paris. Co-auteur d'un rapport de l’institut des politiques publiques sur la démocratisation des grandes écoles.

On y trouve par contre une surreprésentation d’étudiants franciliens, issus de familles de cadres, professions intellectuelles ou chefs d’entreprises. Pas d’amélioration donc à l’ENS, Sciences Po, HEC ou autres écoles d’ingénieur, malgré des vœux pieux et des dispositifs d’aide, restés pour l'instant sans effet. Les grandes écoles se sont-elles vraiment démocratisées ?

Avec Julien Grenet, économiste, Directeur de recherche au CNRS, professeur associé à l'École d'économie de Paris. Co-auteur d'un rapport de l’Institut des Politiques Publiques sur la démocratisation des grandes écoles.

Publicité