Photo prise à Nantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 sur la réforme des retraites.
Photo prise à Nantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 sur la réforme des retraites.
Photo prise à Nantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 sur la réforme des retraites. ©AFP - Loïc Venance
Photo prise à Nantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 sur la réforme des retraites. ©AFP - Loïc Venance
Photo prise à Nantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 sur la réforme des retraites. ©AFP - Loïc Venance
Publicité
Résumé

Alors que la réforme des retraites continue de mobiliser, dans la rue, quelles sont les marges de manoeuvres des syndicats et de l'exécutif face à une contestation sociale de cette nature ?

avec :

Jean-Michel Denis (sociologue, maître de conférences à l'Université de Marne-la-Vallée, spécialiste du syndicalisme et des mouvements sociaux).

En savoir plus

Après la journée de mobilisation du 17 décembre 2019, le premier ministre doit rencontrer les 18 et 19 décembre, les organisations syndicales et le patronat pour discuter de la réforme des retraites. Le gouvernement est-il prêt à concéder certains points ou au contraire décidé à mener sa réforme jusqu’au bout ? Tous les syndicats étaient dans la rue hier, pour autant, ils n’étaient pas tous unis. Une union, partielle, peut-elle conduire à une grève qui s’enracine ? Autrement dit, comment s’arbitrent les rapports de force dans une mobilisation sociale de cette nature ?

Guillaume Erner reçoit Jean-Michel Denis, professeur de sociologie à l’Université Paris-Est Marne La Vallée, spécialiste des relations professionnelles et du syndicalisme.

Publicité