Photo prise le 15 mars 2020 dans un bureau de vote à Lyon, pour le premier tour des élections municipales, un jour avant le début du confinement en raison de l’épidémie de coronavirus en France. ©AFP - JEFF PACHOUD
Photo prise le 15 mars 2020 dans un bureau de vote à Lyon, pour le premier tour des élections municipales, un jour avant le début du confinement en raison de l’épidémie de coronavirus en France. ©AFP - JEFF PACHOUD
Photo prise le 15 mars 2020 dans un bureau de vote à Lyon, pour le premier tour des élections municipales, un jour avant le début du confinement en raison de l’épidémie de coronavirus en France. ©AFP - JEFF PACHOUD
Publicité
Résumé

Avec l'épidémie de coronavirus, la question des élections municipales est un casse tête pour l’exécutif, notamment l'organisation du second tour, le premier s'étant déroulé juste avant le confinement. Quels scénarios sont possibles, sur le plan juridique en particulier ?

avec :

Bruno Daugeron (professeur de droit public à l’Université de Paris Descartes, spécialiste de droit constitutionnel et de droit électoral.).

En savoir plus

La question des élections municipales est un casse tête pour l’exécutif. Le confinement décidé au lendemain du premier tour, mi mars 2020, a contraint à l’annulation du second tour qui devait se tenir 8 jours plus tard, comme le prévoit le code électoral. Deux mois plus tard, l’épidémie de coronavirus sévit toujours, son évolution est incertaine et la décision de l’organisation ou non du second tour, fin juin, ne fait pas consensus. Edouard Philippe a rencontré mercredi 20 mai 2020 les chefs des différents partis politiques sur le sujet. Quelles obligations juridiques a désormais le gouvernement ? Quels scénarios sont possibles ? 

Guillaume Erner reçoit Bruno Daugeron, professeur de droit public à l’Université de Paris Descartes, spécialiste de droit constitutionnel et de droit électoral.

Publicité