Photo d'une boîte du vaccin AstraZeneca prise à Senftenberg, Brandenburg en Allemagne. ©AFP - HANNIBAL HANSCHKE
Photo d'une boîte du vaccin AstraZeneca prise à Senftenberg, Brandenburg en Allemagne. ©AFP - HANNIBAL HANSCHKE
Photo d'une boîte du vaccin AstraZeneca prise à Senftenberg, Brandenburg en Allemagne. ©AFP - HANNIBAL HANSCHKE
Publicité
Résumé

En février 2021, le vaccin AstraZeneca était le troisième vaccin contre le covid à faire son entrée sur le marché après Pfizer et Moderna. Initialement recommandé aux moins de 65 ans et à certains personnels soignants, mardi 2 mars 2021, le gouvernement a élargi son utilisation.

avec :

Étienne Decroly (virologue spécialiste du VIH. Directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB) de l’Université d’Aix-Marseille).

En savoir plus

Mardi 2 mars 2021, le ministère de la Santé indiquait qu’en France, 25% seulement des doses reçues du vaccin AstraZeneca avaient été utilisées, reconnaissant qu’il y avait une « problématique » de sous-consommation de ce vaccin contre le Covid 19. Pourquoi l’AstraZeneca ne fait-il pas florès, comparé à Pfizer ou Moderna alors que les listes d’attente pour se faire vacciner ne diminuent pas ? Pourquoi ces réticences ? Sont-elles justifiées ?

Guillaume Erner reçoit Etienne Decroly, virologue, directeur de recherche au CNRS, membre de la Société française de virologie.

Publicité

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

2 min

Une mauvaise réputation

Des études complémentaires ont été publiées et ont permis de comprendre que le protocole expérimental des premières études sur AstraZeneca n’était pas totalement adéquate. Si on peut espacer les deux injections on a des capacités vaccinales bien meilleures. Donc l’efficacité AstraZeneca est tout à fait comparable à celui de Pfizer ou Moderna. 

Ces études sont récentes, il faut que les personnels de santé en prennent connaissance et les lisent. [...] Probablement que dans les semaines à venir les positions vont changer vis-à-vis d’AstraZeneca, qui va revenir sur le devant de la scène. 

Pour expliquer les contradictions apparentes il faut expliquer que la neutralité d’un virus passe par deux éléments. D’abord la capacité de faire des anticorps servant à neutraliser le virus, capacité qu’il est facile à mesurer. Puis, pouvoir générer des cellules capables de tuer les cellules infectées par le virus ce qui est plus difficile à mesurer. 

Des effets secondaires sévères

Il ne faut pas s’attendre qu'un vaccin très efficace ne donne aucun symptôme aux personnes vaccinées. C’est une preuve de l’efficacité importante du vaccin à induire une immunité. 

Ce type de vaccin a des effets secondaires mineurs mais plus importants que les vaccins ARN.

Un vaccin plus efficace à la première injection

Si on veut revenir à une vie normale l’enjeu est de distribuer massivement les vaccins. Il faut écarter davantage les deux vaccinations AstraZeneca pour que les personnes puissent obtenir au moins une première dose.

Les dernières études anglo-saxonnes suggèrent que la protection d'AstraZeneca est même meilleure que Pfizer et Moderna en ce qui concerne les cas graves de coronavirus, pour les cas n’ayant reçu qu’une seule injection. […] AstraZeneca réduit 95% des cas d'hospitalisation sévère.