Pourquoi une vague de grèves secoue-t-elle le Royaume-Uni ?

Une manifestation en juin 2022.
Une manifestation en juin 2022. ©Getty - Richard Baker
Une manifestation en juin 2022. ©Getty - Richard Baker
Une manifestation en juin 2022. ©Getty - Richard Baker
Publicité

Le Royaume-Uni connaît d'importants mouvements de grève depuis le début de l'été, surnommé par certains "été du mécontentement", faisant ainsi référence à l'hiver du même nom qui avait, en 1979, secoué le pays et mené aux années Thatcher. L'été 2022 marque-t-il un tournant dans la mobilisation ?

Avec
  • Sarah Pickard Maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à la Sorbonne Nouvelle et spécialiste des jeunes et de la politique en Grande-Bretagne

Depuis le début de l'été, le Royaume-Uni connaît d'importants mouvements de grève, à tel point que l'on parle d'"été du mécontentement" pour le qualifier. L'expression fait écho aux grèves de 1979, restées gravées dans la mémoire collective du pays tant celui-ci était alors plongé dans un désastre économique majeur. Alors que l'inflation atteint aujourd'hui les 10%, et devrait continuer à augmenter cet automne, assiste-t-on à un mouvement social inédit au Royaume-Uni ? Marque-t-il un tournant dans la mobilisation des syndicats britanniques, pourtant en déclin depuis des décennies ?

Baptiste Muckensturm reçoit Sarah Pickard, maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à la Sorbonne Nouvelle et spécialiste des jeunes et de la politique en Grande-Bretagne. Autrice de Civilisation britannique (Pocket, 16ème édition, 2022).

Publicité

Un taux d'inflation très élevé

Sarah Pickard revient sur la situation économique au Royaume-Uni : "Le taux d'inflation est très élevé, il est à plus de 10% (...). Il y a des grèves contre cette hausse des prix, puisque l'augmentation des salaires est bien inférieure à l'inflation".

"Ce qui est marquant cet été, c'est que ce sont des secteurs très divers qui sont touchés : les trains, les bus, les ports... Beaucoup de ces secteurs sont privatisés en Angleterre, ce n'est pas pareil qu'en France. Il y a des cheminots, des facteurs, des infirmières dans le serveur public, les médecins à l'hôpital, mais aussi les avocats - ce qui est un peu différent de d'habitude. La liste est très longue".

L'équipe