Présidentielle 2022 : quels enjeux après les résultats du premier tour ?

10 avril 2022, premier tour de l'élection présidentielle.Le deuxième tour aura lieu le 24 avril 2022
10 avril 2022, premier tour de l'élection présidentielle.Le deuxième tour aura lieu le 24 avril 2022 ©Getty - Yevhen Borysov
10 avril 2022, premier tour de l'élection présidentielle.Le deuxième tour aura lieu le 24 avril 2022 ©Getty - Yevhen Borysov
10 avril 2022, premier tour de l'élection présidentielle.Le deuxième tour aura lieu le 24 avril 2022 ©Getty - Yevhen Borysov
Publicité

Quels enjeux pour l'entre deux tour après le premier tour de l'élection présidentielle dimanche 10 avril 2022 ?

Avec

Emmanuel Macron nettement en tête avec 27,9 % des voix. Marine Le Pen à 23,3 %. Une débâcle inédite pour la droite républicaine. Un effondrement sans précédent pour le Parti socialiste et Jean-Luc Mélenchon qui fait le plein des voix de gauche avec 22 % des suffrages.

En 2017, le candidat LREM l’avait emporté largement, battant sa rivale d’extrême droite 66,1% contre 33,9%. Cinq ans plus tard, le scrutin s’annonce beaucoup plus serré.

Publicité

Pour expliquer ces résultats et expliquer les enjeux du deuxième tour, Guillaume Erner reçoit Brice Teinturier, directeur général délégué de l'institut de sondages Ipsos.

Comment le deuxième tour peut-il se passer ?

Brice Teinturier : "Dès le résultat du premier tour connu, nous avons réalisé une enquête. Emmanuel Macron l'emporterait avec 54 % au second tour avec des reports de voix venant de Jean-Luc Mélenchon, organisées en trois blocs : 34% des électeurs du premier tour qui voteraient pour Emmanuel Macron, 30 % pour Marine Le Pen, ce qui est beaucoup, ce qui est le niveau parmi les plus élevés de ce que nous avions auparavant. 36% qui soit voteraient blanc, soit ne voteraient pas. Dans l'électorat de Valérie Pécresse aussi, 45 % seulement de ses électeurs, même si la base est maintenant très réduite, voteraient pour Emmanuel Macron, 28 % pour Le Pen, 27 % s'abstiendraient. On voit bien que les réserves sont relativement faibles pour le président sortant. La clé du second tour tient à sa capacité à mobiliser plus largement. L'électorat de Valérie Pécresse est, je crois, extrêmement important. Il s'est affaissé parce que ses électeurs, dès le premier tour, se sont partagés entre Le Pen et Macron. Et du coup, ce qu'il en reste n'est pas extraordinairement élevé."

Au vu de l'importance du score de Jean-Luc Mélenchon, c'est lui qui pourrait faire la différence au second tour ?

Brice Teinturier : "Son électorat est la clé du second tour. S'il modifie son comportement électoral, s'il va davantage vers Marine Le Pen ou vers le président actuel, on peut avoir un resserrement très fort ou pas de ce second tour. Ça passe par une posture qui va être très difficile pour Emmanuel Macron, parce que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, comme ceux du Rassemblement national, font partie de ceux qui rejettent le plus et sa personne et sa politique. Il y a des sujets majeurs de crispation autour des retraites, autour de la redistribution. Très sincèrement, je vois mal comment, en quinze jours, il pourrait y avoir une modification - et ce n'est d'ailleurs pas ce que dit Emmanuel Macron - qui serait substantiel de son programme, et une modification concomitante du comportement de ses électeurs. Donc, ça va se jouer plutôt à la marge sur la capacité à la fois de rejet de Marine Le Pen et peut être quelques compromis. Macron a eu une formule générale qu'il fallait "inventer autre chose de nouveau vers plus d'unité". On attend de voir ce qu'il est capable. d'inventer."

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche.

L'équipe