Donald Trump a annoncé dimanche la mort du chef de l’organisation État islamique
Donald Trump a annoncé dimanche la mort du chef de l’organisation État islamique ©AFP
Donald Trump a annoncé dimanche la mort du chef de l’organisation État islamique ©AFP
Donald Trump a annoncé dimanche la mort du chef de l’organisation État islamique ©AFP
Publicité

Le chef de l'organisation Etat Islamique est mort à l'âge de 48 ans. Donald Trump a annoncé dimanche que les forces spéciales américaines l'ont tué dans un tunnel dans le nord-ouest de la Syrie.

Avec
  • Pierre-Jean Luizard directeur de recherche au CNRS, historien spécialiste du Moyen-Orient, en particulier de l'Irak, de la Syrie et du Liban

Annoncé mort à plusieurs reprises, le chef de l'organisation terroriste Daesh aurait cette fois-ci été éliminé avec certitude, selon les déclarations du président américain. Au-delà de l'effet d'annonce mis en scène par Donald Trump, la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi change-t-elle véritablement la donne dans le combat contre l'organisation État Islamique ?

Pour en parler, Guillaume Erner reçoit Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche au CNRS, historien spécialiste du Moyen-Orient, auteur notamment de "Le piège Daesh" (La Découverte).

Publicité

À propos de l'annonce de la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi : "C'est une surprise, et nous n'avons aucun moyen de vérifier la véracité des faits." Pierre-Jean Luizard

Pour Pierre-Jean Luizard, al-Baghdadi n'était qu'un chef fantoche, et sa disparition ne change pas la donne pour l’État Islamique : "Abou Bakr al-Baghdadi n'avait qu'un pouvoir exécutif virtuel, puisque l'État Islamique l'utilisait essentiellement comme un porte-drapeau pour maintenir l'unité du mouvement. Le pouvoir exécutif au sein de l'État Islamique se situait bien ailleurs."

Il sera très facile de le remplacer. Pierre-Jean Luizard