/ ©Getty - Cherayut Jankitrattanapokkin / EyeEm
/ ©Getty - Cherayut Jankitrattanapokkin / EyeEm
/ ©Getty - Cherayut Jankitrattanapokkin / EyeEm
Publicité
Résumé

Dans une publication rendue publique lundi 7 mars 2022, la Défenseure des Droits publiait un guide sur les discriminations en raison de la grossesse. Quel impact a la grossesse et plus largement la maternité sur l’emploi des femmes ?

avec :

Hélène Périvier (Economiste à l’OFCE Sciences Po, directrice du programme PRESAGE Programme de Recherche et d’Enseignement des Savoirs sur le Genre).

En savoir plus

« Nous rendons encore un nombre trop important de décisions où des femmes ne sont pas embauchées en raison de leur état de grossesse ; ne retrouvent pas leur poste au retour de leur congé maternité ; ou dont la période d’essai est rompue car elles sont enceintes ». Ces mots sont ceux de Claire Hédon, la Défenseure des Droits, qui publiait, lundi 7 mars 2022, à la veille de la Journée internationale des droits des femmes, un guide sur les discriminations en raison de la grossesse. Quel impact a la grossesse sur l’emploi des femmes ?

Guillaume Erner reçoit Hélène Perivier, économiste à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) et à Sciences PO, auteure notamment de « L’économie féministe », ed. Presses de Sciences Po.

Publicité

Les discriminations qui pèsent sur les femmes

Les femmes souffrent encore aujourd’hui d’inégalités. Selon Hélène Périvier, la première serait salariale, observant qu’“après une grossesse on voit chuter les revenus.”  Mais ces discriminations faites aux femmes ne concernent pas seulement le salaire. Elles se concentrent aussi sur tout ce qui concerne la vie en entreprise. "C*’est beaucoup plus difficile pour elles d'être embauchées ou promues lorsqu’elles annoncent une grossesse”* souligne Hélène Périvier.

Les inégalités perpétrées dans le silence

Certains employeurs peuvent être plus réticents à embaucher une femme puisque “ce sont plutôt les femmes qui vont ajuster leur temps de travail au moment de l’arrivé d’un enfant. Ce caractère très sexué de l’organisation du travail implique que toutes les femmes y compris celles qui n’auront pas d’enfants ou y compris celles qui ne vont pas ajuster leur temps de travail lors de l’arrivé d’un enfant, seront affectées, car elles seront considérées comme moins fiables.”  Cette division sexuelle du travail discrimine la femme, en la rendant seule responsable du risque de maternité au lieu de le repenser en terme de parentalité, responsabilisant les deux parents.

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.