En fonction des premiers chiffres, on estime que le risque de faire une thrombose après avoir été vacciné contre le coronavirus est de 0,0006% alors que le risque de faire une thrombose en prenant la pilule est de 0,06%.  ©Getty - MediaNews Group
En fonction des premiers chiffres, on estime que le risque de faire une thrombose après avoir été vacciné contre le coronavirus est de 0,0006% alors que le risque de faire une thrombose en prenant la pilule est de 0,06%. ©Getty - MediaNews Group
En fonction des premiers chiffres, on estime que le risque de faire une thrombose après avoir été vacciné contre le coronavirus est de 0,0006% alors que le risque de faire une thrombose en prenant la pilule est de 0,06%. ©Getty - MediaNews Group
Publicité
Résumé

Après AstraZeneca, c'est au tour du vaccin Janssen de se retrouver sur la touche : après des cas de thromboses et un décès, les Etats-Unis et l'Afrique du Sud ont ordonné sa suspension. Pourtant ce vaccin n'est pas le seul produit à provoquer ces caillots sanguins parfois létaux...

avec :

Marie-Paule Kieny (Vaccinologue, directrice de recherche à l’INSERM et présidente du comité vaccin Covid-19).

En savoir plus

Il avait tout pour lui : efficace à 85% contre les formes graves de coronavirus, ne nécessitant qu’une seule injection, pouvant se garder trois mois au frigo… mais voilà, le vaccin élaboré par l’entreprise américaine Johnson & Johnson a été suspendu aux Etats-Unis et en Afrique du Sud. En cause : le risque de thrombose. Un risque qui concerne également et dans de plus grandes proportions d’autres dispositifs médicaux comme la pilule contraceptive, qui elle est pourtant toujours commercialisée. Deux poids, deux mesures… Comment comprendre cette application du principe de précaution ? 

Guillaume Erner reçoit Marie-Paule Kieny, vaccinologue, directrice de recherche à l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, et présidente du comité scientifique Vaccin Covid-19.

Publicité