Quatre TER sur cinq se déplacent aujourd'hui sans contrôleur à bord
Quatre TER sur cinq se déplacent aujourd'hui sans contrôleur à bord ©Getty -  Busà Photography
Quatre TER sur cinq se déplacent aujourd'hui sans contrôleur à bord ©Getty - Busà Photography
Quatre TER sur cinq se déplacent aujourd'hui sans contrôleur à bord ©Getty - Busà Photography
Publicité

Mercredi dernier, près de Saint-Pierre-Sur-Vence, un TER percute un convoi exceptionnel coincé à un passage à niveau. Le conducteur, seul agent responsable à bord du train et légèrement blessé, a dû laisser les passagers sans surveillance pour assurer leur sécurité sur les rails.

Avec
  • Gilles Dansart Journaliste, rédacteur en chef du site Mobilettre et spécialiste du transport ferroviaire

Après l'accident de TER à Saint-Pierre-sur-Vence, de nombreux cheminots se sont mis en grève, invoquant leur droit de retrait, pour dénoncer l’absence de contrôleurs à bord des TER. Ils pointent du doigt les dangers que cela entraîne. SNCF : la sécurité des usagers est-elle menacée ?

Pour en parler, nous recevons Gilles Dansart, journaliste, rédacteur en chef du site Mobilettre et spécialiste du transport ferroviaire.

Publicité

L'absence de contrôleur à bord est-elle un danger ?

En situation normale, il n'y a absolument pas de danger. L'accident qui s'est produit dans les Ardennes n'est pas lié à un problème de sécurité ferroviaire intrinsèque. Gilles Dansart 

"De là à dire que les dispositifs dits "agent seul", c'est à dire un conducteur et pas de contrôleur dans les rames, posent problème sur l'ensemble de la circulation, c'est un peu compliqué. Depuis 30 ans en Île-de-France ce dispositif est opératoire et n'a pas provoqué de problème de sécurité." Gilles Dansart

Quelles réponses à un accident de ce type ?

"Il faut bien sélectionner la réponse. Est-ce que cela doit être une réponse humaine, qui après tout pourrait ne pas être non plus idéale ? Imaginons que suite au choc le contrôleur est blessé, il va être envisagé d'en mettre un deuxième, voire un troisième. Ces questions de sécurité doivent être gérées de façon non passionnelle ou générale. [...] La solution peut aussi être technologique." Gilles Dansart

"La question [d'un deuxième agent] se pose et doit être examinée entre la SNCF, les régions, les acteurs sociaux. [...] On oublie souvent qu'il n'y a pas que le coût qui doit compter. Le choix de l'équipement agent seul est souvent lié à la volonté de réduire la facture, il faut essayer de tout dissocier et de reprendre calmement la question de la présence humaine, de la sécurité." Gilles Dansart