Nanoparticules d'or
Nanoparticules d'or - Somia Tomane
Nanoparticules d'or - Somia Tomane
Nanoparticules d'or - Somia Tomane
Publicité

Par Somia Tomane, doctorante en deuxième année de thèse au laboratoire du CNRS à l’Institut Lavoisier de Versailles, rattaché à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

La consommation excessive d’antibiotiques a entraîné ces dernières années le développement de bactéries résistantes,  comme Staphylocoque doré ou Escherichia Coli. Dans le but de lutter contre l’antibiorésistance, les recherches développées dans cette thèse  se concentrent sur la synthèse de nouveaux assemblages à base de nanoparticules d’or, d’oxydes moléculaires et d’antibiotiques. Ces systèmes exploitent la propriété de vectorisation et la biocompatibilité des nanoparticules d’or et les propriétés antibactériennes des oxydes moléculaires afin d’exalter les propriétés des antibiotiques. Des premiers résultats encourageants ont montré une activité des nanoparticules d’or fonctionnalisées par des oxydes moléculaires sur des biofilms bactériens.