Echantillons d'urine pour un test anti-dopage
Echantillons d'urine pour un test anti-dopage
Echantillons d'urine pour un test anti-dopage
Echantillons d'urine pour un test anti-dopage
Echantillons d'urine pour un test anti-dopage
Publicité
Résumé

Quentin est docteur en chimie analytique de l’université Paris 6. Il a effectué sa thèse au sein de l’Institut Parisien de Chimie Moléculaire (IPCM), en collaboration avec l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD).

En savoir plus

A l’heure où des scandales sur le dopage dans le sport se succèdent (Tour de France, athlètes Russes, etc.), les laboratoires anti-dopage se livrent à une course permanente pour créer et améliorer leurs techniques de détection des substances interdites, dont le nombre et la diversité ne cessent de grandir.

Ce doctorat a justement porté sur l’amélioration de la détection de composés particulièrement connus dans le monde du dopage : les stéroïdes anabolisants. D’une efficacité redoutable pour l’amélioration des performances sportives (et avoir de gros biceps pour l’été), ils peuvent être complexes à détecter. A l’aide de la spectrométrie de masse, une technique qui permet de « peser » les ions, découvrez comment il est possible de révéler ce qui se trouve dans un échantillon d’urine et de déterminer si un athlète se dope ou non.

Publicité