Florestan
Florestan - CC
Florestan - CC
Florestan - CC
Publicité

Par Jérôme Lagasse, doctorant de troisième année, de l’Université Paris Descartes, École doctorale de droit n° 262, Centre Maurice Hauriou.

La transformation numérique ouvre un nouveau paradigme dans la sécurité intérieure plus particulièrement dans les modalités de gestion d’un espace public démocratique en voie de numérisation, d’un retour en force du contrôle sociétal des citoyens à travers l’exercice de la « sousveillance » et de la sécu-solidarité. La numérisation de l’espace public et la capacité des citoyens à être de plus en plus acteurs de leur sécurité au quotidien conduisent les démocraties occidentales à mettre en œuvre une doctrine de sécurité publique fondée sur la détection des signaux faibles, le sens de l’anticipation et de la proaction. L’exploitation des mégadonnées à l’aide de l’analyse prédictive recèle une forte plus-value pour que les États de droit conservent au sens weberien du terme « le monopole de la violence légitime » au profit de l’intérêt général.