Centrale de Haibei. Les 2/3 de l'électricité chinoise vient de la combustion du charbon, que Pékin essaie de freiner pour lutter contre le changement climatique
Centrale de Haibei. Les 2/3 de l'électricité chinoise vient de la combustion du charbon, que Pékin essaie de freiner pour lutter contre le changement climatique ©Maxppp - LI BIN
Centrale de Haibei. Les 2/3 de l'électricité chinoise vient de la combustion du charbon, que Pékin essaie de freiner pour lutter contre le changement climatique ©Maxppp - LI BIN
Centrale de Haibei. Les 2/3 de l'électricité chinoise vient de la combustion du charbon, que Pékin essaie de freiner pour lutter contre le changement climatique ©Maxppp - LI BIN
Publicité

Depuis plusieurs semaines, la Chine fait face à des pénuries d'électricité. La production industrielle ralentit, mais le pouvoir assure qu'il ne faut pas paniquer. Sur l'île de La Palma aux Canaries, l'éruption du volcan continue, la lave se déverse dans la mer, et les pêcheurs espèrent...

Il n'y a pas qu'en France que les problèmes d'énergie sont à la une, c'est aussi le cas en Chine, mais il faut lire les quotidiens des pays alentours pour avoir les informations les plus fraîches sur la question. Ainsi, selon le quotidien de Singapour, The Straits Times, le gouvernement central chinois a ordonné aux plus grands opérateurs d'énergie du pays de sécuriser les approvisionnements cet hiver à tout prix.   

C'est le vice-Premier ministre Han Zheng, en charge de l'énergie, qui a fait cette demande lors d'une réunion d'urgence cette semaine.   

Publicité

"Au moins 20 provinces et régions chinoises représentant plus de 66% du produit intérieur brut du pays ont annoncé des coupures d'électricité, principalement destinées aux industriels",  relate encore The Strait Times. Mais les particuliers sont également touchés, ce qui est plus nouveau, et plus inquiétant pour le pouvoir central.   

Le Global Times, quotidien de propagande chinois en anglais, titre d'ailleurs l'un de ses articles : " La Chine a la capacité d'assurer pleinement l'approvisionnement en électricité des ménages"  et se veut rassurant : "La commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC) augmentera les importations de charbon et de gaz naturel et la production nationale pour augmenter la production d'électricité".   

Mais pour l'industrie, le Global Times doit reconnaitre que le mal est déjà fait : "L'indice PMI - qui donne l'état de la production manufacturière chinoise, ndr - est au plus bas en septembre... aussi bas qu'en février 2020 au début de l'épidémie de Covid-19". C'est dire...    

The Strait Timesrecense pêle-mêle un arrêté coupant l'électricité des usines d'avant hier à dimanche à Houjie, une commune du nord ouest, la location par un fabricant de chaussures d'un générateur pour 10 000 dollars par semaine, deux fois plus que lorsque l'usine pouvait se brancher sur le réseau, ou encore l'ordre intimé à un fabricant d'aliments pour animaux de la ville de Tanjin de fermer toute la semaine. 

Selon Nikkei Asia, les fournisseurs d'Apple et Tesla ont interrompu la production à divers endroits. Dans le Jiangsu - l'un des centres névralgiques du Made in China - 160 entreprises textiles ne tournent plus, des aciéries ont fermé, et des villes éteignent leur réverbères.

Power crunch, une menace plus grande qu'Evergrande ?    

Cette crise énergétique chinoise, c'est la nouvelle menace, plus grande encore que le scandale immobilier d'Evergrande ( ici et ici). Oubliez Evergrande, craignez dorénavant la crise énergétique chinoise, ou POWER CRUNCH en bon anglais. C'est officiel, titre CNN Business, l'industrie manufacturière chinoise est en difficulté, ce qui risque d'aggraver le chaos dans la chaine d'approvisionnement mondial. L'autre effet, c'est sur les prix de l'énergie qui s'envolent face à la demande accrue de la Chine. Le chaos a déjà envahi les marchés européens, considère encore The Strait Times. Chaos, c'est le mot du moment...

Trois raisons expliquent ce power crunch, selon Nikkei Asia :

  • 1. La reprise post-Covid fait flamber le prix des matières premières, dont le charbon. Or depuis plusieurs mois, la tension diplomatique entre l'Australie et la Chine monte au sujet de l'origine du coronavirus entre autres, et l'Australie a réduit ses exportations de charbon vers la Chine.  
  • 2. Comme les prix de vente de l'énergie sont encadrés par le pouvoir chinois, des centrales  ont cessé de fonctionner partiellement pour ne pas produire à perte.
  • 3. Les provinces du Nord ont réduit leur production d'électricité. Sur le point de dépasser leur quota d'émissions de CO2, elles se sont fait rappeler à l'ordre par le pouvoir central à la rentrée.    

Reprise post pandémie, tensions diplomatiques, lutte contre le changement climatique... voilà le cocktail.. Mais la Chine surmontera cette crise, nous dit enfin un éditorial du Global Times, le quotidien chinois en anglais. 

Car notre capacité à contrôler, résoudre et atténuer les problèmes est certainement meilleure que dans la plupart des économies (...) Le peuple chinois ne doit pas paniquer. Editorial du Global Times

Si le journal de propagande chinois se fend d'un éditorial pour le dire, c'est peut-être qu'il y a lieu au contraire de s'inquiéter !  

Aux Canaries, un paradis transformé en chaos permanent  

Sur l'île de La Palma, le volcan qui s'est réveillé il y a onze jours continue de cracher sa lave. TV Canarias diffuse les images en direct de l'éruption. C'est plus spectaculaire à voir qu'à écouter, mais on entend aussi le souffle que produit le volcan Cumbre Vieja en ce moment même.    

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"C'est un torrent de lave jaillissant d'un paysage qui rugit, qui tonne, qui crache de la cendre sans faiblir", relate Publico, autre journal espagnol, dans un article très bien écrit et traduit par Courrier international qui s'achève par ces mots : "Des récoltes perdues, des maisons englouties, des gens qui ont tout perdu. Un paradis transformé en chaos permanent".   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Au cours des dernières heures, le volcan expulse davantage de cendres, il est plus explosif, affirme l'Institut National de Géographie cité par El Pais. Possible que le cône du Cumbre Vieja s'effondre préviennent les scientifiques. L'éruption n'a fait ni morts ni blessés mais la situation reste instable et 6 000 habitants sont toujours évacués même si certains ont pu récupérer des affaires autour de la zone d'exclusion. La lave continue de se déverser dans la mer dans ce qui fut la Playa del Guirre, et photos à l'appui, on voit se former une excroissance de terre, comme une corniche de quasi 20 hectares.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Guillermo Vega, l'envoyé spécial d'El Pais, donne la parole aux pêcheurs du port de Tazaracote, aujourd'hui désert, d'où l'on voit les nuages de fumées blanches qui émanent de l'océan Atlantique, là où un magma à plus de 1 000 degrés rencontre une mer à 20 degrés.   

Depuis plusieurs mois, les pêcheurs avaient remarqué que les poissons disparaissait. "Je ne serai pas surpris qu'ils aient fuit à cause des tremblements de terre qu'ils ressentaient déjà" témoigne l'un d'eux. À court terme, bien sûr, l'avenir s'annonce sombre pour les 150 familles qui dépendent de l'océan, mais les pêcheurs ne sont pas tous pessimistes.

Qui sait, le volcan nous apportera peut-être plus de poisson à l'avenir ? Regardez ce qui s'est passé à El Hierro (une île voisine, quelques temps après l'éruption de 2011, ndr) : les écosystèmes se sont développés... épanouis.          
Nicolás de Juan, pêcheur

On dit "florecido" en espagnol... Terminons sur ce joli mot et cette note d'espoir.