Les violences compliquent les conditions de vie déjà très précaires des habitants de Cité Soleil, en pleines pénuries de carburant. ©AFP - Richard Pierrin
Les violences compliquent les conditions de vie déjà très précaires des habitants de Cité Soleil, en pleines pénuries de carburant. ©AFP - Richard Pierrin
Les violences compliquent les conditions de vie déjà très précaires des habitants de Cité Soleil, en pleines pénuries de carburant. ©AFP - Richard Pierrin
Publicité
Résumé

Un an après l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, le pays s’enfonce toujours plus dans la violence. Ces derniers jours elle s'est concentrée à Cité Soleil, plus grand bidonville de Port-au-Prince. Au Royaume-Uni, la question du réchauffement climatique écrasée par celle de l'inflation.

En savoir plus

Depuis la semaine dernière, les rafales d’armes automatiques crépitent à longueur de journée à Cité Soleil, le plus grand bidonville de la capitale, Port-au-Prince où deux gangs, le "G Pep-la" et le "G-9" s’affrontent. Face au déferlement de violence, des milliers de familles du quartier isolé de Brooklyn n’ont pas d’autre choix que de se terrer chez elles, sans même pouvoir se ravitailler. C’est ce que rapporte Médecins Sans Frontières auprès du Guardian.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Nous sommes les masses et nous sommes abandonnés". C’est ainsi que Florian Clebert, un enseignant au chômage, résume la situation, au Washington Post. Lui et ses cinq enfants sont piégés dans leur maison depuis plusieurs jours. Sa voix tremble, alors que derrière lui, "les coups de feu résonnent", relate le quotidien américain.

Publicité

Le bilan est effroyable : il est passé de 89 morts mercredi dernier à près de 300 personnes tuées ce week-end, selon le Réseau national de défense des droits humain cité par le journal haïtien Le Nouvelliste. Au-delà des gangs, le directeur de l’organisation dénonce une "attaque d’Etat". Pour Pierre Espérance, c’est le pouvoir qui donne les moyens à ces groupes de semer le chaos. Il explique que les autorités cherchent en fait à déloger Ti Gabriel, chef du "G Pep" afin de permettre au G9 d’avoir le contrôle de la cité, et ce pour des raisons électoralistes et politiques.

Pourtant, la présidentielle, ainsi qu'un référendum constitutionnel, initialement prévus en 2019 n’ont toujours pas eu lieu, faute de vote sur la loi électorale et retardés par l’assassinat du président Moïse l’an dernier, dans des circonstances encore floues, explique la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Si de "nombreux suspects font l’objet de spéculations aussi folles les unes que les autres", ni les juges d’instruction – qui ont été remplacés 5 fois – ni Washington, ni Bogota n’ont fait la lumière sur cette affaire. La Colombie étant impliquée dans l’enquête parce qu’une vingtaine de ses ressortissants sont soupçonnés d'avoir participé à ce meurtre.

Un an plus tard, Haïti est donc toujours dans le noir, abonde le quotidien espagnol El Mundo, rappelant qu’il s’agit là du seul assassinat contre un chef d’état en Amérique latine depuis le début du siècle, depuis 20 ans donc.

Sans justice, sans élections, dévastée par la guerre criminelle et par la nature elle-même - rappelons qu’un terrible séisme avait suivi la mort du président l’an dernier faisant plus de 2000 morts - "Haïti est en train de s'éradiquer". C’est le constat de l’écrivain et sociologue Laennec Hurbon, dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

La Chine, "inhabituellement active" dans ce dossier haïtien

Face à cette situation, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé ses États membres à interdire le transfert d'armes légères aux gangs haïtiens. Cette résolution des États-Unis et du Mexique a été adoptée vendredi. La Chine qui réclamait un embargo sur ces armes, estime que le texte "va dans le bon sens" même s’il "aurait pu aller plus loin". Pékin, dont l’ambassadeur aux Nations unies a encore une fois déploré "le vide du pouvoir" en Haïti, se montre de plus en plus dur envers Port-au-Prince. Car la Chine est devenue un acteur de plus en plus important dans ce dossier haïtien ces dernières années. Plusieurs diplomates évoquent à l’Agence France Presse et à Reuters une volonté de représailles. Haïti reconnait en effet Taïwan depuis 1956, ce qui contrarie bien évidemment Pékin. D’où cette position "inhabituellement active" dans ces négociations commente le Taipei Times. Le quotidien taïwanais cite des analystes qui estiment que la Chine considère une éventuelle transition politique en Haïti comme une chance de convaincre le pays de changer sa position sur ce dossier taïwanais.

Le Royaume-Uni suffoque, mais la question du changement climatique n'affole pas la classe politique

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ce lundi matin, les quotidiens du pays titrent presque tous sur ces records au mercure ET sur le deuxième débat télévisé qui a eu lieu hier, sur la chaîne ITV entre les cinq candidats conservateurs en lice pour succéder à Boris Johnson au 10 Downing Street. La hausse des températures mondiales figurait parmi les sujets importants de ce débat, souligne le Morning Star, alors que le ministre britannique du Climat et président de la COP26, Alok Sharma, a menacé de démissionner si le prochain PM se retirait de l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050.

Interrogés à ce sujet vers la fin de la soirée, ils et elles ont tous ont assuré qu’ils maintiendraient cet objectif, hormis Kemi Badenoch, ex secrétaire d’état à l’égalité, mais sans en faire une priorité. Liz Truss, actuelle cheffe de la diplomatie, ayant notamment déclaré : "Nous devons supprimer la taxe sur l'énergie verte et trouver un meilleur moyen d'atteindre cet objectif zéro, car nous frappons les consommateurs mais aussi les entrepreneurs. Et notre priorité numéro un devrait être d'obtenir plus de croissance économique".

Liz Truss, qui promet donc un moratoire sur cette "éco-taxe". Seul Rishi Sunak, ex-ministre des finances s'est engagé à maintenir des taxes vertes pour atteindre cet objectif de zéro émission nette de carbone d'ici 2050. Ce qui lui a valu les attaques de ses rivaux, citons aussi La secrétaire d'Etat au Commerce international Penny Mordaunt et le député Tom Tugendhat, tous campés sur la lutte contre l'inflation.

Lutter contre la chaleur, un révélateur des sociétés ?

Le Temps publie plusieurs reportages qui nous emmènent par exemple, à Tokyo. La capitale a connu six jours d'affilée à plus de 35 degrés. 35, c'est aussi le nombre de départements sur les 47 au total, dans le pays, qui ont connu des températures inédites depuis 1875. Au pays du soleil-levant, on innove tout en respectant les traditions. Ce qu’on écoute, mange ou porte a une importance cruciale.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Par exemple sur les chantiers, certains ouvriers portent des blousons équipés de petits ventilateurs. Ce qui leur donne une allure de bibendum mais qu'importe. Lutter contre la chaleur passe aussi par un jeu autour des sens. Le quotidien suisse cite ce haïku : "La lune à minuit – comme un bloc de fraîcheur". L’oreille apprécie également le carillon du "furin", ces clochettes de verre ou de métal avec une languette de papier, accroché aux fenêtres.

Nouilles froides et films d'horreur

Et puis bien sûr, il y a ce que l'on met dans son assiette. L'article nous explique ainsi que pendant l'ère Edo entre le 17 et le 19e siècle, une croyance affirmait que manger un plat commençant par la lettre "u" aidait à lutter contre la chaleur. C'est le cas de l'anguille, "unagi" en japonais...

"Nouilles froides et films d'horreur, les recettes sud-coréennes pour affronter un baromètre en folie", titre aussi Le Temps, alors que Séoul a émis ses premières alertes canicule avec trois semaines d'avance cette année, en Corée du Sud on se presse notamment au cinéma, souvent d’immenses multiplexes dernier cri climatisés à l’extrême. Même chose en Côte d'Ivoire, où entre les tenues traditionnelles, les balades à l'air conditionné dans les centres commerciaux, ou les nuit à la belle étoile dans certains quartiers populaires, la population fait face aux grosses chaleur selon son niveau social, explique le quotidien suisse.

Références

L'équipe

Camille Marigaux
Production
Vivien Demeyère
Collaboration
Brice Garcia
Collaboration