Le chef de chœur, Jean-Paul Baget, dirige une chorale à l'occasion de la 30ème Journée mondiale pour vaincre la pauvreté, organisée par ATD Quart Monde sur l'esplanade du Trocadéro en octobre 17, 2017 à Paris.
Le chef de chœur, Jean-Paul Baget, dirige une chorale à l'occasion de la 30ème Journée mondiale pour vaincre la pauvreté, organisée par ATD Quart Monde sur l'esplanade du Trocadéro en octobre 17, 2017 à Paris.
Le chef de chœur, Jean-Paul Baget, dirige une chorale à l'occasion de la 30ème Journée mondiale pour vaincre la pauvreté, organisée par ATD Quart Monde sur l'esplanade du Trocadéro en octobre 17, 2017 à Paris. ©AFP - CITIZENSIDE / ALPHACIT NEWIM / Citizenside
Le chef de chœur, Jean-Paul Baget, dirige une chorale à l'occasion de la 30ème Journée mondiale pour vaincre la pauvreté, organisée par ATD Quart Monde sur l'esplanade du Trocadéro en octobre 17, 2017 à Paris. ©AFP - CITIZENSIDE / ALPHACIT NEWIM / Citizenside
Le chef de chœur, Jean-Paul Baget, dirige une chorale à l'occasion de la 30ème Journée mondiale pour vaincre la pauvreté, organisée par ATD Quart Monde sur l'esplanade du Trocadéro en octobre 17, 2017 à Paris. ©AFP - CITIZENSIDE / ALPHACIT NEWIM / Citizenside
Publicité
Résumé

.

En savoir plus

L’Humanité s’inquiète du sort de la jeunesse française : "Chair à canon", selon le quotidien, "de la politique macroniste". L’Humanité rappelle que selon l’Observatoires des Inégalités "1,8 million de personnes pauvres sont des enfants et des adolescents : ils représentent un gros tiers de l’ensemble des 5 millions de personnes pauvres". L’Observatoires des Inégalités explique également dans les pages du journal que, sans notre système de protection sociale, notamment les allocations familiales et logement – bientôt diminuées par le gouvernement – des milliers de familles vivraient à la rue. "Alors qu’il lance un plan de lutte contre la pauvreté en direction de l’enfance et la jeunesse, le chef de l’Etat, sabre dans les aides publiques et les dispositifs dédiés aux jeunes", déplore le quotidien. Tracts, affiches, réunions publiques…les militants politiques multiplient les initiatives pour mobiliser les étudiants, non sans difficulté, souligne l’Humanité. Et puisqu’il est question de précarité, Le Monde se penche lui ce matin sur "Le système D des familles sans abri". Le quotidien rappelle que le président de la République l’avait promis, le 27 juillet dernier à Orléans, dans un discours sur l’accueil des réfugiés : "D’ici la fin de l’année, je ne veux plus personne dans les rues, dans les bois".

La promesse risque de ne pas être tenue, note Le Monde, puisque la situation des sans-abris s’aggrave.

"Nous vivons une crise de l’accueil qui devient une crise humanitaire et laisse des milliers de familles avec enfants à la rue", alerte Nathalie Martz, la directrice de l’un des espaces solidarité insertion, gérés par Emmaüs Solidarité dans la capitale. "Oui, les familles ont faim", raconte-t-elle dans les pages du Monde. "Les corps lâchent…Cette année, nous avons déjà appelé les pompiers ou le SAMU à 22 reprises, pour des malaises, des accouchements. Nous redoutons l’hiver", regrette, Nathalie Martz

Publicité
Références

L'équipe

Dani Legras
Production