Le Pape François  au Vatican.
Le Pape François au Vatican.
Le Pape François  au Vatican.  ©AFP - Giuseppe Ciccia / NurPhoto
Le Pape François au Vatican. ©AFP - Giuseppe Ciccia / NurPhoto
Le Pape François au Vatican. ©AFP - Giuseppe Ciccia / NurPhoto
Publicité
Résumé

.

En savoir plus

« L’année 2017 sera-t-elle une année charnière pour le projet européen ? » C’est la question posée par Anne Marie Gérard dans son billet paru dans les pages du journal La Croix. Elle nous rappelle que lorsque le Saint-Père s’est adressé aux chefs d’Etats de l’Union Européenne, il avait évoqué les piliers du projet européen : la place de l’homme au centre et au cœur des institutions et la nécessité de promouvoir un nouvel humanisme en Europe.

Et puisqu’il est question du Pape François, Le Figaro Magazine se demande s'il ne serait pas de gauche. Le magazine publie de très larges extraits d’un ouvrage à paraître bientôt. Un livre de dialogues, plein de surprises, où le Pape François exprime des convictions que l’on pourrait aisément juger de gauche. Concernant l’Europe justement, Le pape François affirme, qu’elle est "devenue une grand-mère, elle a peur, elle ferme, ferme, ferme", fin de citation.

Publicité

C’est la rentrée des classes et Le Monde des Livres recommande chaudement la lecture d’une anthologie du « Dictionnaire de pédagogie » de Ferdinand Buisson. Le philosophe Serge Audier affirme dans son papier que l’intention de cet immense outil pédagogique est claire : il faut moderniser l’éducation primaire pour promouvoir l’autonomie de chaque petit français. Et il cite un extrait du livre : « Le but de l’éducation morale, est de former un être apte à se gouverner lui-même, non un être apte à être gouverné par les autres…Le système qui convient le mieux à l’enfant est celui qui lui appendra le mieux à se connaitre lui-même, c’est la discipline spontanée en quelque sorte".

Références

L'équipe

Dani Legras
Production