France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Des écologistes, accueillis à coups de pelle, les ruines de l'athlétisme mondial, qui comme les feuilles mortes, se ramassent également à la pelle. Des tricheurs partout, de la mixité nulle part tout cela sur fond de grève de la CGT et d'absence de la presse des kiosques. Et si le salut était dans la vie sans internet ?
Les feuilles mortes… celles qui jonchent nos rues et nos chemins, l’humus automnal des sentiers des sous-bois… les feuilles mortes, qui comme vous le savez… se ramassent à la pelle…

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un peu comme les militants écologistes qui se font ramasser à coups de pelle dès potron-minet… vous avez certainement vu cette photo qui a fait le tour des médias, nouveaux et anciens… des militants de la Ligue de Protection des Oiseaux – dont Alain BOUGRAIN-DUBOURG - se sont fait accueillir non seulement à coups de pelle, mais à coups de pelle et en slip, par des chasseurs échaudés…

Publicité

« La fête du slip », titre Libération dans son édition numérique… Les militants écologistes organisaient comme chaque année une opération contre le braconnage des pinsons, interdit depuis 1976 mais encore couramment pratiqué dans les Landes…

Outre l’agression très violente des journalistes et des militants présents sur place… cette photo de l’homme en slip armé d’une pelle est devenue instantanément un même… c’est-à-dire un élément viral sur les réseaux sociaux… vous pourrez voir sur le site Buzfeed un petit florilège de ces détournements, où l’homme apparaît tantôt armé d’un double sabre laser de Star Wars, sous le pseudonyme de Darth Slipious, au milieu de groupe de super héros les Avengers, au premier rang d’un défilé politique de tous les chefs d’Etat européen… et j’en passe…

Il n’y a pas que les feuilles mortes et les militants écologistes qui se ramassent à la pelle ce matin…

Non, il y a aussi les décombres de l’athlétisme international, après cette vaste escroquerie mise au jour par l’Agence Mondiale Antidopage sur les pratiques des athlètes russes…

« Un système de triche quasi-industriel qui pourrait coûter à la Russie sa participation à toute compétition d’athlétisme pour les prochaines années », selon Stéphane ALBOUY du Parisien.

Un rapport accablant qu’a pu consulter Federico FRANCHINI de Mediapart : en voici les principaux points « la Fédération russe d’athlétisme a fait chanter plusieurs de ses sportifs, sous promesse de couvrir auprès de la Fédération Internationale d’Athlétisme leur suspicion de dopage les plus hauts dirigeants de la Fédération étaient complices une athlète turque, médaille d’or à Londres, en 2012, a été victime du réseau de corruption l’ex-patron de la Fédération a été alerté à plusieurs reprises sans réagir. »

« On y trouve toute la panoplie dont on rêve, écrit Yves HARTE dans Sud Ouest. Agent de l’ex-KGB surveillant les urines des skieurs de Sotchi où se sont déroulés les derniers jeux d’hiver entraîneur margoulin mettant en relation les marathoniens et les coureurs de fond dont il a la charge avec un toubib véreux, les deux prenant leur part sur les gains remportés couple repenti qui, après avoir tâté de l’anabolisant et des stéroïdes, finit par lancer l’alerte. »

« On connaissait les malheurs du cyclisme et les coureurs dopés à l’insu de leur plein gré. On venait de découvrir le monde des affairistes de la FIFA et voici que l’athlétisme se révèle être, dans sa direction mondiale, pourri jusqu’aux os » résume Jean LEVALLOIS dans la Presse de la Manche.

Mais il n’y a pas que les sportifs qui trichent… il y a pire…

Oui, si on en croit Yves THREARD dans le Figaro… à propos de l’expérimentation que doit présenter aujourd’hui la ministre de l’Education Nationale dans 14 académies pour renforcer la mixité sociale dans les collèges… « ces nouvelles règles d’affectation ne toucheront d’abord que quelques départements, reconnaît l’éditorialiste, qui prophétise que l’on peut néanmoins déjà parier qu’elles feront fuir vers les établissements privés nombre de familles qui n’entendent pas qu’on leur dicte leur conduite. » Et Yves THREARD de jeter l’anathème sur ces tricheurs, « la gauche bobo, toujours prompte à donner des leçons qu’elle se garde bien d’appliquer à ses enfants ».

Ce qui est un peu compliqué à la lecture de la presse – en ligne uniquement ce matin, je vous le rappelle – c’est qu’on a du mal à saisir l’ambition de cette expérimentation… « un chantier polémique sur des critères flous » selon le Figaro… « La fin des ghettos scolaires devra attendre » titre pour sa part l’Humanité, qui détaille comment en lieu et place d’un seul collège proposé… les familles auront désormais le choix entre deux, voire trois collèges, voisins mais pas forcément. « La ministre a-t-elle bien mesuré les risques d’aggravation de la mixité sociale portés par sa réforme du collège ? » s’interroge Hervé FAVRE dans la Voix du Nord.

La carte, du grec khartès nous rappelle Etienne de Montety dans son billet du jour dans le Figaro… qui désigne un rouleau de papyrus… « la carte scolaire, un système simple, une question de géographie mais qui empêche pourtant de choisir son collège à la carte ».

**Et pour finir, pas de papyrus ni de papier donc aujourd’hui en kiosque… **

Et oui vous le disiez Guillaume… suite à une grève vous ne pourrez avoir accès à vos quotidiens qu’en version numérique…

A moins que vous soyez comme ce couple dont Rue89 nous raconte l’histoire ce matin… un couple de retraité du Morbihan qui, comme 17% des français, n’a pas, et n’a jamais eu internet… et vit très bien comme ça.

Vous y trouverez un petit manuel de vie quotidienne sans le réseau… pour s’informer ? La radio, les journaux et beaucoup de livres. « Bien sur, il y a des articles de Rue 89, de Mediapart qu’on ne trouve qu’en ligne. Mais est-ce qu’ils me sont indispensables pour me faire une idée du monde ? Je ne crois pas. » déclare le père.

Pour organiser des vacances : les syndicats d’initiatives et les Gîtes de France. Pour réserver un billet de train : on va à la Gare. Bref, la vie sans réseau, c’est encore possible… avec ce petit bémol final : « On risque de finir par être obligés de s’y mettre, ne serait-ce que pour certaines démarches administratives, qui ne se feront qu’en ligne. C’est dommage. »

Donc si vous ne trouvez pas vos journaux aujourd’hui en kiosque, et que vous n’avez pas un besoin irrépressible d’aller consulter sur internet la photo de Darth Slipious… vous pouvez tout aussi bien en profiter pour aller ramasser les feuilles mortes… mais pensez à enfiler un pantalon tout de même.

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production