Publicité
En savoir plus

Quand ça va pas, ça va pas : jungle de Calais, saccage de Moirans, poussée de l'extrême droite, Bachar AL-ASSAD chez Vladimir POUTINE, dicours révisionniste de Benjamin NETANYAHOU et même la sortie du nouvel album d'Astérix : RIEN NE VA !
Il y a des matins comme ça où rien ne va. Mais rien. Vraiment rien. Vous vous levez en pleine nuit, il pleut, il fait froid vous filez sous la douche, la chaudière lâche alors que vous êtes encore couvert de savon… vous vous engouffrez dans un taxi qui sent tellement fort l’alcool que votre propre alcoolémie fait un pic, autant que le compteur de vitesse qui monte à 130 sur le périphérique.

Arrivé sain et sauf (quoi qu’un peu tendu) dans le calme et la sérénité du bureau, vous vous plongez dans la presse et là… ben là ça va pas. Mais pas du tout.

Publicité
ça va pas fort...
ça va pas fort...
- geralt

« A Calais, tout le monde souffre ! » titre la Croix avec un excellent reportage signé Jean-Baptiste FRANCOIS, reportage dans la « jungle » où vivent 6000 réfugiés dans des conditions épouvantables… reportage titré « A Calais, chauffeurs, policiers et marins entre peur et désarroi ».

« Ce qui se passe à Calais est inhumain » écrit Guillaume GOUBERT dans son édito… rejoint par Michel URVOY dans Ouest France « Tandis que des pétitionnaires dénoncent l’inhumanité de l’Etat, la droite fait du laxisme au pouvoir, entretenue par la médiatisation en boucle et anxiogène de quelques faits divers, un argument électoral. Mais on verra vite qu’exploiter la crise migratoire n’empêchera pas le Front National de progresser. »

Dont acte… changeons de sujet… il n’y a pas que Calais dans la presse ce matin. Il y a aussi… Moirans. Ah. Moirans. Ce village mis à sac par des gens du voyage qui voulaient que l’un d’entre eux sorte de prison pour assister aux funérailles de son frère. Ça c’est juste le contexte… « Fin août dans la Somme, un scénario identique s’était joué sur l’autoroute A1 » rappelle Baptiste LAUREAU dans Paris-Normandie. « Avec les événements de Moirans, le gouvernement paie les conséquences de son message de laxisme envoyé cet été. » Analyse partagée par Patrice CHABANET dans le Journal de la Haute Marne : « Le sentiment que l’impunité sourit à la voyoucratie… et les destructions de biens publics et privés constituent un symptôme inquiétant de la dislocation de notre pays. Les images de Moirans ne peuvent que faire le lit de l’extrême droite. Mécaniquement. »

Bon. Le message passe… on change de sujet. « La France va mieux » affirmait François HOLLANDE lundi… ah… c’est le début de l’édito d’Yves THREARD dans le Figaro. Qui poursuit « Inutile de dire que les Français se demandent s’ils respirent le même air que leur président. Entre la « jungle » des migrants, qui s’étend de jour en jour à Calais, et la multiplication d’épisodes révoltants comme celui de Moirans, la France montre aujourd’hui le visage d’un pays gagné par l’impuissance publique. »

« Une poignée de mains refusée, des huées lors d’une visite en banlieue, des émeutes de gens du voyage, l’affaire des avions de la jungle, la fronde des avocats… N’en jetez plus, la coupe déborde écrit encore Michel KLEKOWICKI dans Le Républicain Lorrain. Difficile de faire pire que cet automne horribilis ».

Quand je vous dis que ça va pas ce matin… Désespéré, déboussolé, j’ouvre fébrile les pages de L’Union… et là : « TOUT VA BIEN, Mesdames et Messieurs » TOUT VA BIEN, écrit en majuscule, donc forcément on a envie d’y croire, à cette apostrophe de Sébastien LACROIX, qui poursuit : « La France est apaisée et ça, c’est vraiment une réussite personnelle du président de la République, qui le répète sur tous les tons, continue-t-il. La France est A-PAI-SEE (écrit en majuscules avec des tirets) et ça, c’est cool ». Enfin une once d’optimisme, de pensée positive en ce gris matin ? Bien sûr que non : Sébastien LACROIX conclut : « Finalement, le job de président de la République est aussi simple que ça : diffuser la bonne parole, celle qui rassure, et faire croire que l’Etat règle tous les problèmes. Ca s’appelle aussi hypnotiseur »

Rien ne va donc ce matin Nicolas ?

Ah mais non… rien du tout… tenez, une autre preuve : une amie qui vit à Londres voulait m’envoyer un petit mot chafouin pour me mettre une mauvaise chanson dans la tête dès potron-minet. Elle m’écrit « tu es comme le vent qui fait chanter les violons »… mais son correcteur automatique lui fait écrire : « tu es comme le vent qui fait chanter les violences »

Me voilà donc condamné à continuer à faire chanter les violences… à la recherche d’une once de réconfort dans les pages de la presse… tenez, une franche poignée de main avec deux beaux sourires ?

Ben non… c’est Bachar AL-ASSAD et Vladimir POUTINE en Une de Libé… sur le titre « Le nouvel ordre mondial »… franchement, ça fait pas envie…

Je continue… Ah, une île paradisiaque en Une du Figaro ? « La France s’agrandit de 580 000 km² sous les mers ». Voilà une bonne nouvelle… sauf que ces nouveaux fonds marins, ils vont être utilisés pour extraire du pétrole et des minerais précieux nous explique le journal… à 1 mois de la COP21, sincèrement… moi ça me file le cafard.

Je vous passe les articles sur NETANYAHOU qui verse dans le révisionnisme en déclarant que la solution finale a été soufflée à HITLER par le grand mufti de Jérusalem… là on touche le fond… vite, vite, besoin d’une bouffée d’air frais…

Aaaaah voilà dans le Parisien… le nouvel album d’Astérix sort aujourd’hui ! Le Papyrus de César… « Un sans faute » nous assure le journal, qui est l’un des rares à avoir pu le lire en avant-première… Sauf que quand vous ouvrez la double page… l’article est titré « Si à 50 ans, t’es pas dans Astérix » avec un portrait de Jacques SEGUELA, qui sert de modèle à l’un des personnages… SEGUELA qui déclare qu’il est « gonflé d’orgueil ».

Nan mais sérieusement ? Tout doit être sali aujourd’hui ? jusqu’à mes héros d’enfance ?

Parce que mes héros d’enfance, je n’en peux plus qu’ils soient utilisés, franchisés, exploités jusqu’à la corde, qu’on me noie de bande-annonce de Star Wars jusqu’à la nausée, qu’on me gave de Retour vers le Futur jusqu’à ce que ça me ressorte par les narines. « On pourrait regretter cette instrumentalisation mercantile de moments censés être vécus comme une fête entre fans, écrit judicieusement Alexandre HERVAUD dans Libération. Elle paraît toutefois inévitable dans le contexte de sorties en salles mondiales quasi-synchrones et de bandes-annonces visibles par tous simultanément. »

Bon… tout va être sali alors. Ou exploité ad nauseam . La prochaine étape. Le 14 février 2016, jour de la Saint Valentin. Pourquoi ? Eh bien parce que c’est ce jour qu’est prévue la fin du monde dans SOS Fantômes 2. Et que le 3 va sortir en salles dans les mois qui suivent.

Je n’aurai qu’une seule question. Une seule. Pour conclure. Guillaume. Etes-vous le maître des clés ?

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production