Les mille et une nuits de la narcolepsie

Les besoins excessifs de sommeil des narcoleptiques peuvent être associés à des troubles comportementaux, psychosociaux, médicaux parfois potentiellement graves
Les besoins excessifs de sommeil des narcoleptiques peuvent être associés à des troubles comportementaux, psychosociaux, médicaux parfois potentiellement graves ©Getty - boonchai wedmakawand
Les besoins excessifs de sommeil des narcoleptiques peuvent être associés à des troubles comportementaux, psychosociaux, médicaux parfois potentiellement graves ©Getty - boonchai wedmakawand
Les besoins excessifs de sommeil des narcoleptiques peuvent être associés à des troubles comportementaux, psychosociaux, médicaux parfois potentiellement graves ©Getty - boonchai wedmakawand
Publicité

La narcolepsie figure parmi les trois maladies principales d’hypersomnie du système nerveux central. Comment se fait le diagnostic et comment les patients sont-ils pris en charge ? Qu'en connait-on ?

Avec
  • Isabelle Arnulf Neurologue, directrice de l'unité des pathologies du sommeil de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière et chercheuse à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière
  • Yves Dauvilliers neurologue et directeur du laboratoire de sommeil au CHU de Montpellier
  • Emmanuel Mignot Directeur du Centre de Sommeil de l'université de Stanford. Il a reçu le Breakthrough Prize 2023 pour la découverte de la cause de la narcolepsie.

Nous sommes nombreux à nous plaindre de somnolence – surtout à 16h- mais il y a bien plus grave : la narcolepsie. Comment avons-nous compris cette maladie ?

Les personnes qui souffrent de cette maladie rare sont dans un état d’hypersomnolence. Elles peuvent s’endormir abruptement, dans des moments dangereux. On ne savait pas comment traiter cette pathologie du sommeil, incurable pour le moment, jusqu’à ce qu’un Français, Emmanuel Mignot, en découvre l’origine. Il est le lauréat du Breakthrough Prize 2023, prestigieux prix de médecine, et il est l’un de nos invités du jour.

Publicité

Nous avons le plaisir de recevoir Emmanuel Mignot, directeur du Centre de Sommeil de l'université de Stanford, lauréat du Breakthrough Prize 2023 pour ses travaux sur la narcolepsie, Isabelle Arnulf, neurologue, cheffe de service des pathologies du sommeil de l'hôpital la Pitié-Salpêtrière et Yves Dauvilliers, neurologue et médecin du sommeil au CHU de Montpellier, il coordonne les centres de référence nationaux sur la narcolepsie et les hypersomnies et dirige une équipe INSERM à l’Institut des Neurosciences de Montpellier.

Le reportage du jour

Rencontre avec Fabien Delettres, animateur de l’émission matinale sur Virgin Radio. Diagnostiqué narcoleptique de type 1 avec cataplexie il y a plusieurs années, il nous décrit sa vie au quotidien avec un traitement personnalisé et son adaptation à la maladie. Par Antoine Beauchamp :

LA_SCIENCE_CQFD - Reportage

8 min

Les ressources documentaires

Retrouvez le thread de l’émission du jour sur le fil twitter de La Science, CQFD.

Le Breakthrough Prize 2023 est décerné à Emmanuel Mignot, aux côtés de Masashi Yanagisawa, pour la découverte de la cause de la narcolepsie

La narcolepsie, un enjeu de santé publique, vraiment ? (Inserm, 2022)

La narcolepsie, trouble assommant (La Recherche, 2022)

La narcolepsie de type 1 est-elle d’origine auto-immune ? (MedSci, 2019)

La narcolepsie, un trouble associé à une grande créativité (Le Monde, 2019)

Narcolepsie : un nouveau médicament pour lutter contre la somnolence (Inserm, 2019)

Dossier 2017 - Hypersomnies et narcolepsie - Quand trop dormir est pathologique (Inserm, 2017)

La narcolepsie de type 1 : une pathologie du sommeil paradoxal ? par Alexis Roman (2017)

L'histamine pour réveiller les narcoleptiques (Sciences et Avenir, 2016)

La narcolepsie (Pour la Science, 2013)

[A découvrir] Histoire de la narcolepsie de 1877 à 1980 - émergence d’une nouvelle entité clinique

La Méthode scientifique
57 min

L'équipe