Pochette de l'album Lambarena - Bach to Africa de Hughes de Courson - Sony Classical
Pochette de l'album Lambarena - Bach to Africa de Hughes de Courson - Sony Classical
Pochette de l'album Lambarena - Bach to Africa de Hughes de Courson - Sony Classical
Publicité
Résumé

De Malicorne à Mozart l'Egyptien, itinéraires de celui qui fut le cerveau de multiples super-productions internationales.

En savoir plus

Si vous avez l’occasion, au mois d’août, de passer en Bourgogne, faites donc un tour à Semur-en-Auxois. Vous y mangerez très bien à la table du Bœuf qui chante, un restaurant où l’on déguste des plats du monde entier. Le chef y est espagnol mais il a le goût des mélanges, tout comme le propriétaire des lieux, un fringant septuagénaire qui une fois par semaine organise des soirées où l’on tape le bœuf, d’où le nom de l’endroit. 

Car le patron est lui-même musicien et s’il est aujourd’hui plutôt sédentaire, il a jadis parcouru le monde avec ses instruments, et ses projets faramineux. Il s’appelle Hughes de Courson et comme Hector Zazou, dont nous parlions hier, il a été le cerveau de multiples super-productions internationales comme Lambarena, Bach To Africa, Mozart l’Egyptien ou Songs of Innocence. Courson n’a en revanche pas du tout la même histoire que Zazou, le fils de pied-noir passé par le free-jazz. Car bien avant ces succès mondiaux, ce Parisien a écrit pour Françoise Hardy ou Hugues Aufray, et surtout exploré à sa façon nos folklores régionaux avec son groupe Malicorne puis son label Ballon Noir.

Publicité

Avec la collaboration de Hugo Jacquemin

Références

L'équipe

Etienne Menu
Production
Olivier Bétard
Réalisation
Milena Aellig
Réalisation