Pochette de l'album Culte d'Eddy de Pretto
Pochette de l'album Culte d'Eddy de Pretto - Universal Music France
Pochette de l'album Culte d'Eddy de Pretto - Universal Music France
Pochette de l'album Culte d'Eddy de Pretto - Universal Music France
Publicité

"Boys don't cry" ?

Et enfin, avec des codes de la virilité de plus en plus brouillés, de nouvelles représentations du masculin raisonnent aujourd’hui. Depuis le « je suis un homme » de Michel Polnareff, la pensée de la condition masculine s’est complexifiée. Elle s’éloigne des poncifs de brutalité et des clichés du bad boy rock ou gangsta. Losers, fragiles, impuissants, voir « homme-objet », on parle désormais de « masculinités postmodernes » ou d’une « virilité abusive ». Alors qu’elles étaient le terrain de jeux des stéréotypes classiques, les musiques urbaines posent elles aussi un regard critique sur les normes et les comportements masculins.