'Born in the USA' tour, at Giants Stadium, East Rutherford, New Jersey, August 22, 1985. ©Getty - Gary Gershoff
'Born in the USA' tour, at Giants Stadium, East Rutherford, New Jersey, August 22, 1985. ©Getty - Gary Gershoff
'Born in the USA' tour, at Giants Stadium, East Rutherford, New Jersey, August 22, 1985. ©Getty - Gary Gershoff
Publicité
Résumé

Quel "protest singer", quel auteur engagé est Bruce Springsteen ? Ses chansons parlent de l'autre Amérique, celle qui trime et qui souffre. Grégory Philipps revient sur le regard politique et social du Boss, de "Born in the USA", chanson parfois mal comprise, au Springsteen engagé pour Joe Biden.

En savoir plus

À travers les chansons de Bruce Springsteen et les reprises de ses grands hymnes engagés, Grégory Philipps propose de dresser le "portrait du Boss du New Jersey et d'un demi siècle de rock et de musique populaire américaine. Nous allons nous intéresser à l'œuvre de Springsteen sur le plan politique. Un chanteur engagé politiquement et socialement".

"Alors on va commencer par lever un malentendu, si tant est qu'il faille le lever, indique en ouverture Grégory Philipps. Non, la chanson 'Born in the U.S.A.' qui est sans doute le plus grand tube de Springsteen, n'est pas un hymne patriotique, tout à la gloire de l'Amérique. Non, 'Born in the U.S.A.' n'est pas un hymne nationaliste à la gloire d'une Amérique triomphante et ultralibérale. Lorsqu'elle paraît en 1984, on est en plein dans les années Reagan. Et 'Born in the U.S.A.' est tout sauf ça. C'est une 'protest song', qui dénonce les ravages de la guerre du Vietnam".

Publicité

"Born in the U.S.A.", un "GI blues"

En 1968, Bruce Springsteen a tout fait avec ses copains du New Jersey pour ne pas se faire enrôler. En 2021, lors de son spectacle seul en scène à Broadway, il expliquait dans quelles circonstances il a composé "Born in the U.S.A.", après avoir rencontré le vétéran engagé, Ron Kovic :

"Une après-midi, narre le chanteur, il a roulé jusqu'à moi dans son fauteuil et il m'a dit : 'Salut, je suis Ron Kovic. J'ai écrit un bouquin qui s'appelle Né un 4 juillet'. J'ai répondu : 'C'est dingue, je viens de le lire et j'ai été dévasté par ton livre'. Alors on a parlé toute l'après-midi. Il m'a raconté que beaucoup de vétérans du Vietnam souffraient de divers problèmes. Et il m'a demandé si je pouvais aller avec lui jusqu'au centre des anciens combattants de Venice en Californie, pour les rencontrer.".

"Le lendemain, poursuit Bruce Springsteen, on y est allé. D'habitude je suis plutôt à l'aise avec les gens, mais là, je ne savais pas quoi dire. Il y avait des sans-domicile-fixe, des toxicomanes, des gens qui souffraient de syndromes post-traumatiques. Des jeunes gars de mon âge qui avaient vu leur vie bousillée, blessés dans leur propre chair. Et donc en 1982, j'ai écrit cette histoire de soldat, une protest song, un GI blues. Le refrain raconte l'endroit où vous êtes né. Et ce que ce lieu de naissance suppose en terme de sang versé, de confusion, de fierté et de honte à la fois, et de grâce. Tout ça est lié à votre lieu de naissance".

"Né aux États-Unis" de Bruce Springsteen, cahier de paroles et de notes : exposition "Louder Than Words: Rock, Power and Politics" au NEWSEUM , 12/01/2017
"Né aux États-Unis" de Bruce Springsteen, cahier de paroles et de notes : exposition "Louder Than Words: Rock, Power and Politics" au NEWSEUM , 12/01/2017
© Getty - Photo de Paul Morigi (NEWSEUM Washington, DC)

Springsteen, le chanteur engagé

"Alors on l'a déjà dit dans les précédents épisodes, Springsteen a forgé sa conscience politique en écoutant beaucoup les grands chanteurs folk américains, de Woody Guthrie à Pete Seeger, rappelle Grégory Philipps. Bob Dylan est aussi évidemment une influence absolument majeure. Et, notamment, la chanson 'Masters of War', parue en 1963 sur le deuxième album de Dylan. Elle évoque l'importance du complexe militaro-industriel déjà puissant aux États-Unis au début des années 1960."

Bruce Springsteen s'empare de l'actualité et des sujets sociétaux. Quelques jours, après l'électrochoc en mars 1979 de l'accident nucléaire de Three Miles Island, il écrit "Roulette". Dans les années sida, il compose "Streets of Philadelphia" pour la bande-originale du film Philadelphia en 1993.

"Il est un autre sujet qui est malheureusement récurrent aux États-Unis, souligne Grégory Philipps, les violences policières à l'égard des afro-américains, on l'a vu il y a deux ans avec la mort de George Floyd. Le 4 février 1999, quatre policiers de New York interpellent un immigrant guinéen de vingt-trois ans, Diallo. Désarmé et innocent, le jeune homme sort quelque chose de sa poche, peut-être un portefeuille. Les policiers lui tirent dessus : 41 balles au total".

Bruce Springsteen écrit "American Skin, 41 shots". Quand il joue cette chanson, l'été d'après au Madison Square Garden de New York, des syndicats de policiers manifestent devant la salle à Manhattan.

Election d'Obama : Pete Seeger, Bruce Springsteen & Tao Seeger pendant " We Are One: Opening Inaugural Celebration au Lincoln Memorial" Washington, 18/01/2009
Election d'Obama : Pete Seeger, Bruce Springsteen & Tao Seeger pendant " We Are One: Opening Inaugural Celebration au Lincoln Memorial" Washington, 18/01/2009
© Getty - Linda Davidson / staf/The Washington Post/Getty

Springsteen, le démocrate

"Springsteen, c'est aussi le citoyen démocrate, rappelle Grégory Philipps, et l'ami de Barack Obama. Tous les deux ont enregistré une série de podcast intitulé 'Renegades. Born in the USA'. The Boss avait fait campagne pour Obama en 2008 et 2012".

Il s'est également engagé pour Joe Biden. Le 20 janvier 2021, le soir de l'investiture du 46e président des États-Unis, Bruce Springsteen est sur les marches du Lincoln Memorial dans le froid glacial de Washington et il a interprété "Land of Hope and Dreams", seul à la guitare.

Programmation musicale

  • Bruce Springsteen : Born in the USA (version Broadway)
  • Extrait de "Springsteen on Broadway" (archive où l'auteur-interprète explique la chanson "Born in the U.S.A.")
  • Bob Dylan : Masters of War (version album)
  • Bruce Springsteen : Roulette
  • Betty Lavette : Streets of Philadelphia
  • Mary J. Blige et Kendrick Lamar : American Skin, 41 Shots
  • Bruce Springsteen, live à l’investiture du président Joe Biden : Land of Hope and Dreams

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour prolonger

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.