Miles Davis et Quincy Jones au Festival de jazz de Montreux Jazz, 1er juillet 1991. ©Getty - Photo by Alain BENAINOUS/Gamma-Rapho via Getty Images
Miles Davis et Quincy Jones au Festival de jazz de Montreux Jazz, 1er juillet 1991. ©Getty - Photo by Alain BENAINOUS/Gamma-Rapho via Getty Images
Miles Davis et Quincy Jones au Festival de jazz de Montreux Jazz, 1er juillet 1991. ©Getty - Photo by Alain BENAINOUS/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité
Résumé

Miles Davis a rarement accepté l’invitation d’autres musiciens à jouer sur leurs albums. De Michel Legrand à Toto, en passant par Shirley Horn et d'autres rencontres surprises, Fred Charbaut explore la façon dont le prince du jazz a prêté son talent en qualité de "sideman".

En savoir plus

La discographie de Miles Davis compte une bonne cinquantaine d’albums studio en tant que leader et à peu près autant d’enregistrements live et diverses compilations. Curieusement, à l’instar de quelques autres géants de l’histoire du jazz, comme John Coltrane, Thelonious Monk ou Duke Ellington, rares sont les fois où le trompettiste a prêté son talent en qualité de sideman, c’est-à-dire en acceptant l’invitation d’autres musiciens à jouer sur leurs albums.

Miles, Shirley et le Village Vanguard

C’est le cas de la chanteuse Shirley Horn. En 1961, dans un club de Washington, Miles Davis découvre une jeune pianiste-chanteuse de vingt-sept ans, passée du classique au jazz depuis peu. Le trompettiste l’invite à jouer en première partie de son quintet au Village Vanguard de New York où sa carrière décolle et la propulse parmi les meilleures chanteuses de l’histoire du jazz.

Publicité

Trente ans plus tard, en 1991, le même Miles Davis accepte l’invitation de la dame à venir jouer sur son nouvel album.

Valse-jazz avec Michel Legrand

En 1958, Miles Davis est à New York et se rend en studio à la demande d’un jeune chef d’orchestre français. Là, il retrouve John Coltrane, Bill Evans ou encore Paul Chambers qu’il a quitté quelques semaines plus tôt après l’enregistrement de son album Milestones. Aux côtés de ceux-ci et de quelques autres personnalités du jazz comme le saxophoniste Phil Woods ou le vibraphoniste Eddie Costa, ils forment un nonet placé sous la direction d'un jeune arrangeur et chef de vingt-six ans venu de France, Michel Legrand. Ce sera notamment The Jitterbug Waltz.

L'attaque de la banque : quand Dennis Hopper réunit Miles Davis, John Lee Hooker et Taj Mahal

En 1990, explorer Miles Davis, le sideman, c'est entrer dans le rythme d'une attaque de banque et d'une rencontre presque improbable entre John Lee Hooker, Taj Mahal, le guitariste Roy Rogers et Miles Davis. Ils ont tous été conviés par le réalisateur Dennis Hopper dans un studio de Hollywood pour y enregistrer la musique de son dernier long métrage The Hot Spot.

Dennis Hopper, fan de blues, demande à Jack Nitzsche de composer la musique de son nouveau film. Le compositeur a écrit les musiques d’une vingtaine de films comme Vol au-dessus d’un nid de coucou, Blue Collar ou Officier et Gentleman et joué comme musicien aux côtés de Neil Young ou les Rolling Stones. L’ambiance du film est moite presque poisseuse avec sa dose de violence et d’érotisme.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Quand Toto et Quincy Jones captent la trompette de Miles

Autre rencontre tout aussi improbable, celle de la trompette de Miles Davis avec le groupe Toto en 1986, grosse machine à tubes de la fin des années 1970. Pour l’album Fahrenheit, le groupe a choisi une direction plus soul avec des accents un peu jazz. Ils ajoutent sur certains titres le saxophone de David Sanborn et demande à Miles Davis de poser le son de sa trompette sur la guitare de Steve Lukather.

La période des années 1980-1990, c'est aussi dans un tout autre registre avec l’album Back on the Block, réalisé et produit par Quincy Jones. Quatre-vingt-seize chanteurs et musiciens célèbres participent à l’enregistrement : Ella Fitzgerald, Joe Zawinul, Sarah Vaughan, Dizzy Gillespie, George Benson, Herbie Hancock, Take 6, Bobby McFerrin, Al Jarreau, Ray Charles entre autres, et Miles Davis une fois encore sideman sur le thème que Joe Zawinul avait composé en hommage au club new-yorkais, Birdland.

(D'après le texte de Fred Charbaut)

Programmation sonore

  • Archive d'une interview de Shirley Horn en 2001
  • Archive d'une interview de Michel Legrand en 2018
  • Miles Davis, John Lee Hooker, Taj Mahal, Bank RobberyThe Hot Spot

Pour prolonger

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En partenariat avec le magazine Rolling Stone

Références

L'équipe

Fred Charbaut
Production
Somaya Dabbech
Réalisation
Moneghetti Merryl
Moneghetti Merryl
Merryl Moneghetti
Collaboration