Jeff Buckley joue à New-York, 1991
Jeff Buckley joue à New-York, 1991
Jeff Buckley joue à New-York, 1991 ©Getty - Jack Vartoogian
Jeff Buckley joue à New-York, 1991 ©Getty - Jack Vartoogian
Jeff Buckley joue à New-York, 1991 ©Getty - Jack Vartoogian
Publicité
Résumé

Hommage à l'incroyable Jeff Buckley ce dimanche 15 mai ! Écoutons tout ce que cette voix mythique a su incarner et détourner et observons tout ce que lui doivent ses successeurs comme Radiohead ou Coldplay.

En savoir plus

Vingt-cinq ans déjà que la voix précieuse de Jeff Buckey s’est éteinte une nuit de mai engloutie par le fleuve Mississippi dans la fleur de son trentième anniversaire. Cette voix ne nous a livré de son vivant qu’un seul et unique album : Grace, paru en 1994 et qui fait toujours aujourd’hui l’objet d’un culte. Jeff Buckley a marqué l’histoire du rock par son intelligence et la polymorphie si particulière de sa voix. Une voix qu'il a façonnée et a libérée des injonctions de genres, de textures et de styles qui pesaient sur les chanteurs de rock à l'époque. S’il est l’homme d’un seul album original, Jeff Buckley est l’auteur de centaines de reprises, d’Edith Piaf à Led Zeppelin, en passant la réinterprétation de musique religieuse. Écoutons tout ce que cette voix a su incarner et détourner et observons tout ce que lui doivent ses successeurs comme Radiohead ou Coldplay.

Musicien de père en fils ?

Jeff Buckley n'était qu'à ses débuts un fils de. Le fils du musicien Tim Buckley, artiste qui a réussi au cours de sa brève et très productive carrière à explorer des styles aussi différents que le rock, le free jazz ou la funk avant de mourir à 28 ans d'une surdose d'héroïne. Certains ont voulu voir dans le génie du fils, la trace de celle du père remarqué dès son premier album pour les propriétés exceptionnelles de sa voix veloutée, profonde et capable de passer des notes les plus graves aux notes les plus aigues, comme le fera plus tard Jeff Buckley.

Publicité

Cette lecture est injuste car le musicien n'a pas beaucoup fréquenté son père. Le peu d'amour que Tim a eu pour son fils, il l'a mis tout entier dans la musique. Il écrit I never asked to be your mountain (je n'ai jamais demandé à être ta montagne. Je me noie en retournant vers toi, je ne peux nager dans tes eaux et tu ne peux pas marcher sur mes terres). Cette chanson, et comme toutes celles de son père, Jeff dira toute sa vie qu'il ne les a pas écoutées.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des inspirations musicales variées

Dans une interview fascinante, Jeff Buckley évoque les artistes dont il admire la démarche, dont certains comme Bob Dylan et Leonard Cohen qu’il va beaucoup reprendre. Mais il manque des noms dans cette liste, ceux des artistes qu’il a véritablement tenté d'imiter à ses débuts. Car dans la maison de sa mère, mélomane et qui l'a éduqué, on écoute beaucoup Joni Mitchell, Patti Smith, Barbara Streisand, mais aussi des grandes voix comme Carole King. Et son beau-père, Ron Moorhead va faire beaucoup pour lui et va lui faire découvrir la pop et le rock. Durant cette période, il découvre également des artistes comme les Beatles ou encore Simon & Garfunkel. Il écoute les Moody Blues, Crosby, Stills & Nash, les Doors ou encore Led Zeppelin.

Durant l'été 1986 alors qu’il a 20 ans, il rencontre Michael Clouse, le propriétaire d'un studio d'enregistrement à Glendale où plusieurs groupes viennent enregistrer des maquettes. Devenus amis ils démarrent ainsi une petite collaboration : Jeff Buckley compose et enregistre des arrangements pour les démos des clients de Michael tandis que ce dernier s'occupe des parties son et mixage.

Programmation musicale et archives

  • Jeff Buckley, Grace
  • Archive : Jeff Buckley, interviewé par Valli en 1995, dans l’émission “Coming up”, France Inter
  • Jeff Buckley, I never asked to be your mountain
  • Tim Buckley, Hallucinations
  • Jeff Buckley Dream Brother
  • Led Zeppelin, Kashmir
  • Jeff Buckley, When the Leave Breaks (reprise de Led Zeppelin)
  • Nina Simone, The other woman
  • Jeff Buckley, The other Woman
  • Jeff Buckley, Edith Piaf Medley - live au Bataclan, fevrier 1993
  • Benjamin Britten, Balulalow, Ceremony of Carols , interprété par la Maitrise de Radio France
  • Jeff Buckley, Corpus Christi Carol
  • Archive : Francesca Lattuada sur la voix de Jeff Buckley, dans l'émission “A portée de mots”, France Musique, 2007
  • Nusrat Fateh Ali Kahn “Kafi “, Je partirai avec le yogi, 1988
  • Jeff Buckley, Yeh jo Halka Halka Suroor Hai - live at Sine, 1993
  • Jeff Buckely, So real
Références

L'équipe

Zoé Sfez
Production
Doria Zénine
Réalisation
Nicolas Berger
Réalisation
Lou Quevauvillers
Collaboration