Marianne Faithfull sur le tournage du film "The Girl on a Motorcycle", d'après le roman d'André Pieyre de Mandiargues, réalisation de Jack Cardiff (1968) ©Getty - Photo by Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Marianne Faithfull sur le tournage du film "The Girl on a Motorcycle", d'après le roman d'André Pieyre de Mandiargues, réalisation de Jack Cardiff (1968) ©Getty - Photo by Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Marianne Faithfull sur le tournage du film "The Girl on a Motorcycle", d'après le roman d'André Pieyre de Mandiargues, réalisation de Jack Cardiff (1968) ©Getty - Photo by Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

En 1967, Marianne Faithfull a un peu plus de 20 ans et derrière elle, un mariage, un divorce, un enfant. Des disques vendus par milliers. Des dizaines de concerts et d'apparitions publiques. Alors qu'elle devient la muse des rockers, quelles sont les envies d'ailleurs de Marianne Faithfull?

En savoir plus

Plusieurs fois, à la fin des années 60, Marianne Faithfull a exprimé des envies d'ailleurs, dit qu'elle voulait faire autre chose, qu'elle voulait chanter autre chose que des bluettes et de la pop sucrée. Des standards de jazz, par exemple. Elle y parvient parfois et révèle une voix plus entière, sur un disque qui paraît en 1969. On découvre un morceau chanté avant elle par Billie Holiday, Ella Fitzgerald ou Sarah Vaughn, "Some Other Spring". Elle, y réclame un autre printemps, comme une jeunesse parallèle qu'elle n'aurait pas pu embrasser.

En attendant le jazz et la poésie qu'elle affectionne déjà, elle reste surtout, aux yeux du grand public, la jolie égérie qui chante les chansons à la mode. Celle, par exemple, de Donovan, mélodiste génial révélé en 65, amis des Rolling Stones et des Beatles. Le morceau s'appelle "In the Night Time".

Publicité

1968, c'est le Swinging London, chanté par les Kinks dans le morceau "Waterloo Sunset".

Marianne Faithfull (Irina) et Mick Jagger in Chekov's 'The Three Sisters' at the Royal Court theatre in London, 24th April 1967
Marianne Faithfull (Irina) et Mick Jagger in Chekov's 'The Three Sisters' at the Royal Court theatre in London, 24th April 1967
© Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images)

Aux côtés des Rolling Stones qu'elle suit dans toutes leurs tournées, Marianne Faithfull découvre les drogues du moment : la cocaïne, le haschisch, le LSD, le speed et puis l'héroïne. Elle parlera largement par la suite de ses addictions, pointant l'injustice de la drogue. Il y a ceux qui tiennent et qui savent s'arrêter, comme son compagnon Mick Jagger, et les autres comme elle, les excessifs. Ceux qui en font trop. Ceux qui ne comptent pas.

À la fin des années 60, Marianne Faithfull ne chante plus. Elle a décidé de ne pas prendre le risque de faire de l'ombre à Mick Jagger, qu'elle aime profondément. Il est alors une icône, celle du rock and roll provocant, qui chante le sexe, la drogue, les frustrations familiales et les malaises sociaux. Elle lui récite de la poésie, lui conseille des lectures. Celle de Boulgakov, par exemple, qui inspirera Sympathy for the Devil, enregistré en mai 68.

Marianne Faithfull vit au rythme des tournées des Rolling Stones. Elle y chante parfois, rarement, comme pendant le Rolling Stones Rock'n Roll Circus, un spectacle musical télévisé enregistré, le 11 décembre 68, dans un décor de cirque. Posée comme une sirène en robe bleu nuit au milieu de la piste, elle chante "Something better".

Elle tourne avec Godard. En 1968, elle est une bombe sexuelle, dans le film de Jack Cardiff, The Girl on a Motorcycle. Un an plus tôt, au théâtre, elle a interprété Irina dans Les Trois Soeurs de Tchekhov .

A la suite d'une descente de police chez Keith Richards, son visage et son corps dénudé font la Une de la presse dénonçant les excès de la drogue. Dans une reprise des Ronettes, petite fiancée déchue des rockers, Marianne Faithfull chante, "C'est ça que je gagne à t'aimer."

Programmation sonore :

Archive : interview de Marianne Faithfull, ORTF, 18.06.1967
Marianne Faithfull:

The Kinks - "Waterloo sunset"
Lecture d’un extrait du roman Utopia avenue, de David Mitchell, paru en mai 2022.
Marianne Faithfull - counting
The Rolling stones - "Sympathy for the devil"
"Something better", extrait du concert Rock and roll circus par The Rolling stones, interprétation de Marianne Faithfull

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

extrait du film “Made in USA” réalisation de Jean-Luc Godard
extrait du film “la motocyclette”, réalisation de Jack Cardiff
Les Reed - BO La motocyclette : girl on a motorcycle
Marianne Faithfull :

Références

L'équipe

Zoé Sfez
Zoé Sfez
Zoé Sfez
Production
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Production déléguée
Laurence Malonda
Réalisation
Moneghetti Merryl
Moneghetti Merryl
Merryl Moneghetti
Collaboration