Miles Davis, lunettes d'avant-garde et trompette à son nom, au Newport Jazz Festival en 1969, à Newport, Rhode Island, États-Unis ©Getty - Tom Copi/Michael Ochs Archives
Miles Davis, lunettes d'avant-garde et trompette à son nom, au Newport Jazz Festival en 1969, à Newport, Rhode Island, États-Unis ©Getty - Tom Copi/Michael Ochs Archives
Miles Davis, lunettes d'avant-garde et trompette à son nom, au Newport Jazz Festival en 1969, à Newport, Rhode Island, États-Unis ©Getty - Tom Copi/Michael Ochs Archives
Publicité
Résumé

Quel est l'art de se renouveler de Miles Davis ? D'une formation à l'autre, l'homme à la trompette rouge poursuit son exploration des possibilités du jazz dans les années 1960. À ses côtés, se succèdent un temps, Hank Mobley, John Coltrane, puis Wayne Shorter et le jeune Herbie Hancock.

En savoir plus

En 1965, toujours en quête de nouveautés, Miles Davis engage de nouveaux et jeunes musiciens, futurs piliers de l’histoire du jazz. Citons le pianiste Herbie Hancock, vingt-cinq ans, le saxophoniste Wayne Shorter, trente-deux ans, le contrebassiste Ron Carter, vingt-huit ans, et le très jeune batteur Tony Williams, vingt ans. Grâce à ce nouveau quintet, Miles Davis montre, une fois de plus, la qualité qu’il possède à se réinventer en permanence. Jusqu'en 1968, il signe avec ce second quintet huit albums dont Miles Smiles, sorti en 1966, considéré comme leur meilleur album.

Miles Davis avec Herbie Hancock, Ron Carter et Wayne Shorter, Newport Jazz Festival, Rhode Island, 2/07/1967
Miles Davis avec Herbie Hancock, Ron Carter et Wayne Shorter, Newport Jazz Festival, Rhode Island, 2/07/1967
- Photo by David Redfern/Redferns

Programmation sonore

  • Pfrancing, une composition de Miles Davis extraite de l’album Someday My Prince Will Come, enregistré en 1961 avec Paul Chambers et Jimmy Cobb qui formèrent une des meilleures sections rythmiques de l’histoire du jazz, la plupart du temps, associés au pianiste Wynton Kelly, lui-même leader d’une quinzaine d’albums sous son nom.
  • Sassy, thème de Wynton Kelly, extrait de l'album Someday My Prince Will Come
  • Circle, morceau de Miles Davis extrait de l’album Miles Smiles, enregistré en 1966 et considéré comme le meilleur album du quintet formé avec Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams. Le morceau se caractérise par ce passage de relais entre la trompette de Miles Davis et le ténor de Wayne Shorter qui, lui-même, le repasse au piano de Herbie Hancock pour un solo délicatement soutenu par la rondeur de la contrebasse de Ron Carter et les balais caressants de Tony Williams.
  • Archive d'Herbie Hancock qui raconte, émerveillé, comment en jouant So What, il a joué un accord qui sonnait faux sur cet ancien morceau illustre de Miles Davis. Il confie que Miles Davis "par la puissance de son choix de notes et de son ressenti", a adapté son jeu et comme il n'a "pas considéré cet accord comme une erreur", il a joué de telle façon que "cela sonne avec cet accord".
  • Speak Like a Child, morceau d'Herbie Hancock. Les 6 et 7 mars 1968, pour le compte du légendaire label Blue Note qui compte dans ses rangs quelques-uns des enregistrements les plus importants du jazz, Hancock réunit un sextet et enregistre Speak Like a Child, ("Parle comme un enfant"), un album qu’il réalise avec des compositions simples et mélodieuses.

En partenariat avec le magazine Rolling Stone

Publicité
Références

L'équipe

Fred Charbaut
Production
Somaya Dabbech
Réalisation
Moneghetti Merryl
Moneghetti Merryl
Merryl Moneghetti
Collaboration