Biennale de Venise 1964 : installation de l'exposition de Robert Rauschenberg au pavillon américain
Biennale de Venise 1964 : installation de l'exposition de Robert Rauschenberg au pavillon américain
Biennale de Venise 1964 : installation de l'exposition de Robert Rauschenberg au pavillon américain - DR
Biennale de Venise 1964 : installation de l'exposition de Robert Rauschenberg au pavillon américain - DR
Biennale de Venise 1964 : installation de l'exposition de Robert Rauschenberg au pavillon américain - DR
Publicité
Résumé

Non l'épicentre de l'art n'a pas basculé de Paris à New York à la fin de la deuxième guerre mondiale. En lieu et place de cette légende tenace, Béatrice Joyeux-Prunel propose une rigoureuse et passionnante histoire mondiale de l'art contemporain. Elle est rejointe par l'écrivain Aram Kebadjian.

avec :

Aram Kebabdjian (docteur en philosophie, photographe, antiquaire et marchand de livres anciens), Béatrice Joyeux-Prunel (professeure à l'Université de Genève, chaire des humanités numériques.).

En savoir plus

On connaît l’histoire par cœur, on l’a lu, vu et entendu partout, dans des essais, des documentaires et même des romans : à la faveur de la deuxième guerre mondiale, le centre de gravité de l’art aurait dans les années 40 basculé de Paris vers New York. Sauf qu’il ne s’agit pas d’histoire en fait, mais d’une légende. Une légende patiemment forgée, dont les versions varient et ont évolué au fil du temps et des intérêts bien compris des uns et des autres. C’est une toute autre histoire que propose Béatrice Joyeux-Prunel avec Naissance de l'art Contemporain, une histoire de l’art qui sait ne pas prendre pour argent comptant le discours des agents, qu’ils soient artistes, galeristes, critiques, conservateurs ou historiens de l’art, c’est une histoire comme science sociale, attentive à l’ensemble de ces acteurs, à leurs discours bien entendu mais aussi à leurs gestes et décisions, une histoire qui fait voler en éclat la légende et permet de mieux comprendre ce qui s’est joué sur la scène artistique internationale au moment de l’invention, entre 1945 et 1970, de ce qu’on appelle « art contemporain ». En seconde partie c’est l'écrivain Aram Kebabdjian qui nous rejoint, il est notamment l’auteur du roman Les désœuvrés.