Menottes ©AFP - Frank May, picture alliance/DPA
Menottes ©AFP - Frank May, picture alliance/DPA
Menottes ©AFP - Frank May, picture alliance/DPA
Publicité
Résumé

Après plus de quatre ans de gouvernement de gauche la France a battu, en 2016, le record absolu de sa population carcérale. L'anthropologue Didier Fassin replace ce fait historique dans un moment punitif plus large. Comment comprendre cette passion contemporaine pour la punition ?

avec :

Sylvain Bourmeau (Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture), Didier Fassin (Anthropologue, sociologue, médecin et professeur).

En savoir plus

A de rares exceptions, l'ensemble des pays de la planète sont entrés, depuis ces dernières années, dans un moment punitif : jamais auparavant a-t-on privé autant d'individus de leur liberté. Loin de ne concerner que des régimes autoritaires ou des dictatures, ce phénomène prend toute sa mesure dans la plupart des démocraties, notamment aux Etats-Unis, qui peut faire figure de laboratoire punitif, mais aussi en France où, en 2016, le record de population carcérale a été battu avec 70 000 détenus. Comment comprendre cette frénésie punitive ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? Ce sont les trois questions que pose l'anthropologue Didier Fassin dans Punir un bref et dense essai issu des prestigieuses Tanner Lectures qu'il a donné à Berkeley en avril dernier. Sylvain Bourmeau

Didier Fassin, professeur de sciences sociales à l'Institute for Advanced Studies de Princeton
Didier Fassin, professeur de sciences sociales à l'Institute for Advanced Studies de Princeton
© Radio France - Sylvain Bourmeau