extrait du film La Tête haute d'Emmanuelle Bercot
extrait du film La Tête haute d'Emmanuelle Bercot
extrait du film La Tête haute d'Emmanuelle Bercot
extrait du film La Tête haute d'Emmanuelle Bercot
extrait du film La Tête haute d'Emmanuelle Bercot
Publicité
Résumé

Les discours politiques sur la délinquance juvénile se sont nettement durcis depuis une vingtaine d'année. Qu'en est-il de la réalité de la mise en œuvre de la politique de protection judiciaire de la jeunesse ? Le sociologue Nicolas Sallée a mené l'enquête.

avec :

Nicolas SALLEE, Sylvain Bourmeau (Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture).

En savoir plus

En 2012, quelques mois avant l’élection de François Hollande à l’Elysée, l’ancien ministre de l’Intérieur Pierre Joxe publiait un essai de salubrité publique contre les évolutions récentes vers le tout punitif de la justice des mineurs. Devenu avocat spécialisé dans la défense des enfants, l’ancien membre du Conseil constitutionnel, ancien président de la Cour des comptes, grande figure morale de la gauche, faisait entendre une voix ultra-minoritaire depuis le tournant sécuritaire du pays tout entier ou presque. Quatre ans plus tard, la gauche ne semble toujours pas avoir entendu le réquisitoire sévère de Pierre Joxe et les discours sécuritaires n’ont fait que s’amplifier. Qu’en est-il sur le terrain, dans la réalité quotidienne de ceux qui ont en charge ce qu’on appelle en France la protection judiciaire de la jeunesse et comment analyser ces évolutions dans le cadre d’une perspective historique plus longue : voilà les deux questions auxquelles répond Nicolas Sallée, professeur de sociologie à l'Université de Montréal et auteur de Eduquer sous contrainte, une sociologie de la justice des mineurs.

Nicolas Sallée
Nicolas Sallée
© Radio France - Sylvain Bourmeau
Références

L'équipe

Sylvain Bourmeau
Production
Catherine Donné
Collaboration