« autres durées de vies », extrait de l'exposition « Des récits ordinaires » de Grégory Castéra, Yaël Kreplak, Franck Leibovici à la Villa Arson en 2014
« autres durées de vies », extrait de l'exposition « Des récits ordinaires » de Grégory Castéra, Yaël Kreplak, Franck Leibovici à la Villa Arson en 2014
« autres durées de vies », extrait de l'exposition « Des récits ordinaires » de Grégory Castéra, Yaël Kreplak, Franck Leibovici à la Villa Arson en 2014
« autres durées de vies », extrait de l'exposition « Des récits ordinaires » de Grégory Castéra, Yaël Kreplak, Franck Leibovici à la Villa Arson en 2014
Publicité

Dans un essai ambitieux, le théoricien Olivier Quintyn articule des traditions philosophiques distinctes – théorie critique et pragmatisme – pour penser la poésie et l'art contemporains. Il dialogue en seconde partie avec l'artiste et poète Franck Leibovici.

Avec
  • Olivier Quintyn
  • Sylvain Bourmeau Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture
  • Franck Leibovici Poète et artiste

A la fin des années 80, un jeune philosophe américain formé à Oxford dans la plus pure tradition analytique enseignait, le jour, à Berlin, la théorie critique de l’école de Francfort et partageait, la nuit, les dance floor de la même ville avec ses étudiants. Au point d’éprouver un véritable malaise : comment adhérer aux discours  critiques d’Adorno sur le jazz et prendre, dans le même temps, ou quelques heures plus tard, plaisir à se déhancher sur de la techno, c’est-à-dire une musique considérée comme encore bien moins savante ? Pour résoudre ce dilemme, éprouvé jusque dans son corps, ce jeune philosophe, Richard Shusterman, se tournât vers une tradition philosophique qui lui était jusque-là inconnu et dont il deviendra vite l’un des auteurs contemporains importants : le pragmatisme. La lecture de Richard Rorty d’abord mais aussi celle des ancêtres John Dewey et William James lui offrira de résoudre la contradiction en écrivant un livre majeur : L’Art à l’état vif. C’est en grande mesure dans les pas de Richard Shusterman que s’engage aujourd’hui Olivier Quintyn dans son essai Implémentations/Implantations, en se fixant pour objectif d’articuler pragmatisme et théorie critique, à propos notamment de poésie et d’art contemporain. Il est ce samedi mon invité à La Suite dans les Idées. Et sera rejoint, pour la seconde partie, par le poète et artiste Franck Leibovici.

L'équipe