Publicité
En savoir plus

Dix ans après y avoir été élève, un jeune sociologue américain est retourné enquêté sur le lycée très sélect où il avait étudié. Il y a découvert une nouvelle élite américaine, plus diverse.

.
.

Il y a trois semaines, La Suite dans les Idées recevait l’un des plus grands historiens africains, Mamadou Diouf, aujourd’hui professeur à Columbia University où il dirige l’Institute for African Studies. Quelques jours après les attentats de Paris, et au lendemain de celui qui venait de frapper de Bamako, il plaidait pour des sociétés ouvertes, insistant sur la différence notable à ses yeux entre la société américaine, dans laquelle il vit depuis plus de dix ans, et la société française qu’il connait bien pour y avoir fait ses études et y enseigner encore de temps en temps. Il soulignait à quel point le pluralisme et la diversité sont fondamentaux, et combien la République française avait encore beaucoup d’efforts à faire en ces matières. Il n’était pas dupe, pourtant, de la réalité d'une société américaine aussi sinon plus inégalitaire que la notre. C’est de ces questions là, du lien entre diversité et inégalités aux Etats-Unis dont il sera question aujourd’hui avec un collègue de Mamadou Diouf, professeur de sociologie à Columbia University, Shamus Khan.

Publicité
Shamus Khan
Shamus Khan
© Radio France - SB

Paru en 2011 aux Presses universitaires de Princeton (sous le titre Privilege. The Making of an Adolescent Elite at St. Paul’s School ), La Nouvelle École des élites est son premier livre, paru en français aux éditons Agone.

Références

L'équipe

Sylvain Bourmeau
Production
Cyril Baert
Collaboration