Détournements d'affiches de mai 68 par les opposants au mariage pour tous
Détournements d'affiches de mai 68 par les opposants au mariage pour tous
Détournements d'affiches de mai 68 par les opposants au mariage pour tous
Détournements d'affiches de mai 68 par les opposants au mariage pour tous
Détournements d'affiches de mai 68 par les opposants au mariage pour tous
Publicité
Résumé

Pourquoi et comment les conservateurs se sont-ils appuyés sur deux figures du structuralisme – Lacan et Lévi-Strauss – pour s'opposer au mariage pour tous ? Historienne, professeure à Cornell University, Camille Robcis a mené l'enquête et apporte des réponses fines et précieuses.

avec :

Camille Robcis (professeure d'histoire à Cornell University).

En savoir plus

La loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe restera, sans le moindre doute, dans l’histoire comme la seule réelle avancée progressiste du mandat de François Hollande. Et c’est aussi dans les manifestations, aussi massives que violentes, contre cette loi qu’il faut aller chercher l’origine de la mobilisation de segments les plus traditionalistes de la société française qui ont permis, à la surprise de nombreux observateurs, l’élection de François Fillon comme candidat de la droite pour la prochaine élection présidentielle. Pour comprendre la puissance sociale de ce conservatisme désormais littéralement réactionnaire – il s’agit pour beaucoup de ces opposants au mariage pour tous de revenir en arrière –, il faut accepter de prendre au sérieux leurs discours et leurs slogans. S’apercevoir, en particulier, qu’il reprennent à leur compte la symbolique républicaine et la rhétorique universaliste – ce qui ne laisse d’étonner puisqu’elles furent l’une et l’autre l’apanage de la gauche tout au long de la construction de la République contre ces conservatismes bon teint ou ultramontains – ceux qu’on désignait, quand l’expression avait encore son sens originel, comme les « bien pensants », ceux qui vont à la messe, si possible en latin. Comment comprendre ce retournement et ces détournements, par exemple des affiches de mai 68) et bien davantage encore cet évidement des principes et des concepts par ceux qui entendent s’opposer à l’égalité des droits en osant brandir la République ? Sans doute faut-il pour cela se pencher sur la place centrale, depuis la Révolution ou au moins le Code Napoléon, de la catégorie famille dans la politique française. S’interroger aussi sur le rôle du structuralisme, ou plutôt des lectures parfois caricaturales qui ont pu être faite de Levi-Strauss comme de Lacan. C’est cette histoire intellectuelle, politique et sociale que propose Camille Robcis dans un ouvrage important, qui nous parvient enfin dans sa version française, La Loi de la parenté. La Famille, les experts et la République. Sylvain Bourmeau

Camille Robcis, professeure à Cornell University
Camille Robcis, professeure à Cornell University
© Radio France - Sylvain Bourmeau