Trois adolescentes regardant leurs smartphones - Klaus Vedfelt @ Getty
Trois adolescentes regardant leurs smartphones - Klaus Vedfelt @ Getty
Trois adolescentes regardant leurs smartphones - Klaus Vedfelt @ Getty
Publicité
Résumé

Sujet d’inquiétude parentale, de discorde dans les familles, les réseaux sociaux et leur place hégémonique dans la vie quotidienne des enfants sont au cœur des préoccupations contemporaines.

avec :

Michael Stora (Psychanalyste expert des mondes numériques, co-fondateur de l’observatoire des mondes numériques en sciences humaines.).

En savoir plus

L’usage des réseaux sociaux par les enfants et les adolescents a de nouveau été questionné à l’occasion du phénomène de cyberharcèlement #Anti2010 survenu à la rentrée des classes et de la récente parution dans les pages du Wall Street Journal d’une enquête qui a fait grand bruit. Cette dernière atteste que les dirigeants de Facebook, firme propriétaire d’Instagram, sont parfaitement au courant des effets toxiques de ce réseau social d’images sur la santé mentale des adolescents et en particulier des jeunes filles. Sujet d’inquiétude parentale, de discorde dans les familles, les réseaux sociaux et leur place hégémonique dans la vie quotidienne des enfants sont au cœur des préoccupations contemporaines.

Snapchat, Instagram, TikTok, Discord, Twitter, sont-ils des lieux - virtuels - de perdition pour les jeunes ? Quels sont les dangers avérés ? Et y a-t-il des usages bénéfiques ?

Publicité

Certains collègues, philosophes, psychologues ou psychiatres ont parfois des postures assez moralisatrices qui pour moi ne sont pas les meilleures. En effet, il est important de noter qu'il y a des potentialités de danger mais, par contre, je crois qu'il est important que nous soyons là plutôt à comprendre les phénomènes, même si dans mon dernier livre, c'est vrai, je suis avec un ton subjectif, et j'évoque véritablement mon inquiétude mais, pas forcément toujours, de savoir ce qui est vrai et ce qui est faux. 

Maintenant on commence à voir à quel point le statut même de l'image, au-delà du genre, est peut-être dans une forme de dérive qui n'est pas simplement celui d'une apparence purement esthétique mais presque d'un enjeu existentiel. Au fond on a l'impression que si la chose n'est pas photographiée c'est comme si elle n'existait pas. 

Je pense que le clivage entre les parents et les adolescents n'est pas une bonne chose. (...). Mettre des mots sur des écrans dans une dynamique de partage est tout à fait intéressant. 

Références

L'équipe

Béline Dolat
Béline Dolat
Béline Dolat
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Seham Boutata
Collaboration