Cerveau vert
Cerveau vert - Andriy Onufriyenko
Cerveau vert - Andriy Onufriyenko
Cerveau vert - Andriy Onufriyenko
Publicité

Depuis une quarantaine d’années, les neurosciences se sont penchées sur le sujet et si plusieurs théories cohabitent, c’est le même constat pour tous : fréquenter la nature quotidiennement nous apaise et nous soigne.

Parmi les obsessions de la pandémie, l’envie de se mettre au vert occupe sans doute la première position. Explosion du marché immobilier des maisons de campagne et de bord de mer, succès des week-ends thérapeutiques pour déclarer son amour aux arbres ou des guides pratiques pour planter un potager urbain … Le pays, dans un élan rousseauiste, est pris d’une envie de reconnexion avec le vivant. Si l’exode urbain n’a pas encore eu lieu – 80% des Français vivent aujourd’hui en ville- force est de constater que la pandémie et la prise de conscience écologique ont éveillé en nous un désir impérieux de nature. Si les experts et le marché du bien-être se sont engouffrés dans la tendance, ce besoin ne relève pourtant ni d’une logique de mode ni d’une logique marketing. Il semblerait que le responsable soit notre cerveau. Accro à la chlorophylle, à l’odeur de la mer, au bruit des rivières et à la lumière du petit jour, il nous envoie des signaux, pour son bien et pour le nôtre.

Depuis une quarantaine d’années, les neurosciences se sont penchées sur le sujet et si plusieurs théories cohabitent, c’est le même constat pour tous : fréquenter la nature quotidiennement nous apaise et nous soigne.

Publicité

Invité : Michel Le Van Quyen, Docteur en neurosciences, chercheur à l'INSERM. Il dirige un groupe de recherche sur l’épilepsie à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière de la Pitié-Salpêtrière. Il est l’auteur des Pouvoirs de l'esprit et de Améliorer son cerveau ainsi que d’un essai sur les vertus du silence, Cerveau et Silence. Il vient de publier un ouvrage intitulé Cerveau et Nature. Tous édités chez Flammarion.