Joyeuse ou Épée de Charlemagne

France Culture
France Culture
Publicité

Voici Joyeuse ! C’est l’épée des rois de France. Identifiant histoire et légende, cette épée de parade affirme la continuité dynastique des rois de France avec Charlemagne, sacré en 800, dont la légende fleurit des deux côtés du Rhin.

"Joyeuse" ou "Épée de Charlemagne "
"Joyeuse" ou "Épée de Charlemagne "
© Radio France

Cette épée, si elle n’est pas réellement carolingienne, intègre des éléments très anciens : les dragons ailés qui ornent symétriquement sa garde, sont du XIIe siècle, le pommeau, avec ce magnifique motif d’oiseaux, daterait du Xe ou du XIe siècle. C’est une arme d’apparat, de commandement, qui se range dans un fourreau d’argent doré, orné de pierres taillées en cabochon, sans doute de la fin du XIIIe siècle. La permanence de cet objet d’art, qui traversa toutes les péripéties de l’histoire, rend la relique encore plus émouvante...

Publicité

Épée et fourreau du sacre des rois de France dite "Joyeuse" ou "Épée de Charlemagne". Pommeau : Xe-XIe siècle quillons : XIIe siècle fusée : XIIIe siècle fourreau : VIIIe siècle. Or, acier, verre, argent, pierres, velours. H. 105 L. 22 cm. Département des Objets d’art, MS 84.

Bibliographie :

- Regalia : les instruments du sacre des rois de France, les honneurs de Charlemagne , exposition à Paris, musée du Louvre, octobre 1987 - janvier 1988, cat. exp. sous la direction de Danielle Gaborit-Chopin, Paris, RMN, 1987, p. 91-92.

- L’épée : usages, mythes et symboles , exposition à Paris, Musée de Cluny-Musée national du Moyen Âge, avril - septembre 2011, cat. exp. par Almudena Blasco, Fabrice Cognot, Christine Duvauchelle, Michel Huyn et al ., Paris, RMN-Grand Palais, 2011.

  • Marc Bascou, "Regalia - Trésor des sacres" dans* Grande Galerie, le journal du Louvre* no 3, mars-mai 2008, p. 38 à 49.

L'équipe