France Culture
France Culture
Publicité

Quand l’ethnologue allemand Leo Frobenius (1873-1938) arriva en novembre 1910 à Ifè, en pays Yoruba (au sud-ouest du Nigéria), il fut stupéfait. Il exhuma, au pied d’un arbre du bosquet sacré d’Iwinrin, des sculptures de bronze et de terre cuite d’une grande beauté plastique, avec l’émotion de celui qui découvre une civilisation. La perfection de ces images inconnues lui sembla "classique", il les compara à des chefs-d’œuvre occidentaux – une idée qui perdure dans certains manuels d’histoire de l’art récents – et imagina même qu’il avait pu y avoir dans cette région une influence méditerranéenne qui expliquerait cette perfection.

Aujourd’hui, il est clair que la civilisation d’Ifè est purement africaine, et ne doit rien à l’art grec…

Publicité
Sculpture de la civilisation d'Ifé
Sculpture de la civilisation d'Ifé
© Radio France

Tête. Sculpture de la civilisation d’Ifé, Nigéria (XIIe-XIVe siècle). Terre cuite. H. 15,5 cm. Ancienne collection Barbier-Mueller. Musée du quai Branly, en dépôt au musée du Louvre, pavillon des Sessions, inv. 73.1996.1.4.

Bibliographie :

  • Hélène Joubert, "Tête" dans Sculptures. Afrique, Asie, Océanie, Amériques , sous la direction de Jacques Kerchache, Paris, RMN/ musée du quai Branly, 2001, p. 124.

- Quando Dio abitava a Ife : capolavori dall'antica Nigeria , exposition à Florence, Palazzo Strozzi, mars-juillet 2005, cat. exp. par Omotoso Eluyemi, Violata Ekpo, Ezio Bassani, Florence, Artificio, 2005.

L'équipe