France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Isabelle Marin Responsable de l’équipe mobile de soins palliatifs à l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis

« Peut-on aller plus loin que la loi Leonetti actuelle, se demandait le Président de la République en juillet dernier, dans des cas exceptionnelles où l’abstention thérapeutique ne suffit pas à soulager les patients aux prises avec une douleur irréversible et qui appelle un acte médical assumé au terme d’une décision partagée et réfléchie ? » Cette déclaration fait suite à l’engagement de campagne pour une assistance médicale pour terminer sa vie dans la dignité ».

Faut-il donc toucher à la loi actuelle et permettre aux médecins de jouer un rôle plus actif pour hâter la fin de patients qui le demanderaient ? N’est-ce pas ouvrir la boîte de Pandore qui, en rendant cette possibilité seulement envisageable, produirait des effets indésirables ? Comment instruire un tel débat qui soulève des passions ?

Publicité

Peut-être en se penchant honnêtement sur la réalité des pratiques médicales, sur le vécu des services hospitaliers confrontés à la mort. C’est le choix fait par le Bien Commun qui a invité Isabelle Marin à témoigner sur son expérience.

L'équipe