Publicité
En savoir plus

L’entreprise appartient-elle à ceux qui apportent le capital, c’est-à-dire aux actionnaires ? N’est-ce pas eux qui ont le pouvoir, notamment celui de retirer leur confiance ? S’agit-il pour autant d’une propriété, d’une domination classique par statuts de droit commercial interposés ? Cela serait oublier une autre dimension, tout aussi indispensable à l’existence d’une entreprise : l’investissement en travail. L’entreprise se trouve entre les mains de parties prenantes – stakeholders – dont le pouvoir doit être reflété dans la gouvernance. C’est déjà le cas répondra-t-on mais un ouvrage vient de proposer d’aller plus loin et d’instaurer un véritable bicaméralisme au sein de l’entreprise à l’image de ce qu’a connu l’histoire de la démocratie.

C’est cette proposition que l’on va examiner aujourd’hui avec son auteur Isabelle Ferreras.

Publicité
Références

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Laetitia Coïa
Réalisation