Portrait d'Alexis de Tocqueville (Alexis Charles Henri Cleral de Tocqueville) (1805 - 1859), historien et homme politique français.
Portrait d'Alexis de Tocqueville (Alexis Charles Henri Cleral de Tocqueville) (1805 - 1859), historien et homme politique français.
Portrait d'Alexis de Tocqueville (Alexis Charles Henri Cleral de Tocqueville) (1805 - 1859), historien et homme politique français. - LEEMAGE
Portrait d'Alexis de Tocqueville (Alexis Charles Henri Cleral de Tocqueville) (1805 - 1859), historien et homme politique français. - LEEMAGE
Portrait d'Alexis de Tocqueville (Alexis Charles Henri Cleral de Tocqueville) (1805 - 1859), historien et homme politique français. - LEEMAGE
Publicité
Résumé

Avec « Democracy in America » de Romeo Castellucci, le théâtre se vit comme un lieu polémique au sens noble, celui du débat d’idées.

avec :

Mathilde Serrell.

En savoir plus

Adapter Tocqueville au théâtre? L’idée est pour le moins surprenante. Mais c’est ce que fait le célèbre metteur en scène italien Romeo Castellucci avec sa dernière création « Democracy in America ». On parle ici du Tome 1 de cet essai « De la démocratie en Amérique » publié en 1835 par Alexis de Tocqueville, et qui, rappelons-le, est consacré à la fondation du système politique aux Etats-Unis.

Ce qui a intéressé Castellucci c’est que Tocqueville voit dans la naissance de la démocratie américaine ce qu’elle comporte comme zones d’ombres ou dérives potentielles.

Publicité

Notamment à travers le rôle des pèlerins : « les émigrants, ou, comme ils s'appelaient si bien eux-mêmes, les pèlerins (pil¬grims) écrit Alexis de Tocqueville a_ppartenaient à cette secte d'Angleterre à laquelle l'austérité de ses principes avait fait donner le nom de puritaine_ ». Et plus loin « les puritains cherchèrent une terre si barbare et si abandonnée du monde, qu'il fût encore permis d'y vivre à sa manière et d'y prier Dieu en liberté ».

Anti-théâtral ou purement théâtral

Evidemment cette langue de Tocqueville est presque anti-théâtrale. Et pour Romeo Catellucci, c’est un texte impossible à monter. Ce qu’il nous livre c’est sa lecture, à travers une succession d’images, et un dialogue écrit entre deux fermiers puritains, tout droit sortis du célèbre tableau de Grant Wood « American Gothic ». Ce que montre Castellucci via Tocqueville, c’est que la démocratie américaine a une origine rurale et religieuse. Aux antipodes de la révolution française anti-obscurantiste et venue des villes. Aux antipodes aussi de la démocratie athénienne qui fondent le droit à la mort des Dieux.

Avec « Democracy in America » le théâtre se vit comme un lieu polémique au sens noble, celui du débat d’idées. Ce qui au fond renoue avec la fonction première de la tragédie grecque, née de la démocratie, elle est le lieu du débat philosophique ! Mettre Tocqueville sur scène ça tombe sous le sens théâtral.

Extension de la matière

Cette extension de la matière théâtrale aux essais, à l’Histoire de la pensée, c’est un mouvement général qui aujourd’hui dépasse le cas particulier de ce spectacle. Exemples avec le metteur en scène Sylvain Creuzevault et son spectacle sur Le Capital de Marx, ou la pensée de Foucault mise en feuilleton théâtral par une troupe de comédiennes metteuses en scène dont Emmanuelle Lafon. Et Foucault encore, dans son dialogue avec le garçon de 20 ans Thierry Voeltzel mis en scène par Pierre Maillet, ou D comme Deleuze conférence conceptuelle conçu par Cédric Orain. Quant à l’historien Patrick Boucheron, on l’a vu porter sa pensée sur scène, pour comme il le dit « indiscipliner sa discipline ». La faire vivre et comprendre autrement.

Ce qui m’amène à dire qu’il n’y pas que les conférence TED pour faire circuler les idées... Mais aussi que la matière théâtrale quitte le purement dialogué pour aller vers des textes composites. On s’inspire, on combine, on assemble, on "crée à partir". Romans, biographies, essais, enquêtes, critiques rock, le matériau est de plus en vaste.

Pour voir Tocqueville comme vous ne l’avez jamais lu, ce sera à partir du 12 octobre à la MC93 de Bobigny, dans le cadre du Festival d’Automne qui vient d’ouvrir ses portes en Île de France et qui est un beau reflet de la mutation de cette matière théâtrale.

Références

L'équipe

Mathilde Serrell
Production
Alexandre Fougeron
Réalisation