Le Président Chinois Xi Jinping a délivré un plaidoyer pour le libre-échange au sommet de l'APEC
Le Président Chinois Xi Jinping a délivré un plaidoyer pour le libre-échange au sommet de l'APEC
Le Président Chinois Xi Jinping a délivré un plaidoyer pour le libre-échange au sommet de l'APEC ©Maxppp - ERNESTO ARIAS
Le Président Chinois Xi Jinping a délivré un plaidoyer pour le libre-échange au sommet de l'APEC ©Maxppp - ERNESTO ARIAS
Le Président Chinois Xi Jinping a délivré un plaidoyer pour le libre-échange au sommet de l'APEC ©Maxppp - ERNESTO ARIAS
Publicité
Résumé

Avec l'élection de Donald Trump, l'accord de partenariat pacifique (TPP) est moribond. Lors du sommet de l'APEC, la Chine s'est affirmé comme le nouveau leader du libre-échange dans cette zone Asie-Pacifique qui compte pour 60% du commerce international.

En savoir plus

La négociation de grands accords commerciaux aura été l'une des priorités de Barack Obama pendant sa présidence.

A l'Est, le TTIP ou Tafta, le traité de libre échange avec les Européens dont les négociations sont en cours... A l'Ouest, le TPP, transpacific partneurship, dont la négociation est terminée, et qui est en cours de ratification.

Publicité

Douze pays sont parties prenante à ce TPP. Côté Amériques, le Canada, les Etats Unis, le Mexique, le Chili et le Pérou. Côté Pacifique, l'Australie, la Nouvelle Zélande, la Malaysie, le Japon, le Vietnam, Singapour et le sultanat de Brunei.

Vous remarquerez qu'il manque l'acteur majeur de cette région: la Chine. Justement, la volonté de Barack Obama avec le TPP, c'était que les Américains gardent la main sur les relations commerciales dans cette région, région, beaucoup plus dynamique que l'Europe pour la croissance.

Cet accord TPP était déjà compromis, le Congrès américain refusant de le ratifier. Il l'est encore plus aujourd'hui que Donald Trump a gagné les élections.

Dans un discours intitulé en toute simplicité, "Déclaration d'indépendance de l'économie américaine", le milliardaire explique que la mondialisation a enrichi je cite "l'élite financière qui finance les politiques" et que cet accord trans-pacifique "serait la mise à mort de l'industrie américaine". Voir ce discours ici.

La Chine se frotte les mains

La Chine n'était donc pas dans cet accord négocié par les Américains, mais elle a aussi des ambitions commerciales sur cette région.

Ces ambitions se sont clairement affichées lors du sommet annuel de l'APEC, l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique qui s'est terminé le week end dernier à Lima au Pérou. Pour Barack Obama ce fut l'occasion de rencontrer une dernière fois Vladimir Poutine, et une dernière fois aussi le président chinois Xi Jinping qui a déclaré à tous.

"Nous n'allons pas fermer la porte au monde extérieur, mais l'ouvrir encore plus largement". Sous entendu, contrairement à ce que vont faire les américains.

Les 21 pays de l'APEC représentent 40% de la population mondiale, et 60% du commerce international. Établir les standards de la globalisation dans cette région, c'est en détenir les clefs potentiellement dans le monde entier, surtout à un moment où l'Europe est à la peine sur ces questions. C'est donc crucial pour l'avenir.

Un accord pacifique sans les Américains?

Les Etats-Unis ne font pas partie du projet Chinois, mais jusqu'à maintenant ce projet qui se nomme "Partenariat économique intégral" ne faisait pas le poids, face au partenariat offert par les Américains. Changement radical d'état d'esprit ce week-end à Lima: les dirigeants d'Australie et de Nouvelle Zélande ont déjà dit que si l'accord trans-pacifique avec les Américains ne donnaient rien, ils rejoindraient les Chinois.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les Indiens et les Japonais sont plus circonspects, mais ils n'arriveront pas eux à remplir le vide laissé par les Américains.

Donald Trump va donc devoir faire un choix.

  • Soit, il donne raison à Barack Obama, qui pour rassurer les pays de l'APEC, leur a dit "On ne gouverne pas toujours comme on fait campagne".
  • Soit il respecte ses promesses électorales au risque de laisser la Chine dominer dans la zone économique la plus dynamique du monde.

Cruel dilemme, sans doute le premier d'une longue série pour le nouveau président Américain.

EPILOGUE: Dès le lendemain de la diffusion de ce billet, Donald Trump (qui visiblement l'écoute!) a tranché cette question. Sortir du TPP sera l'une des ces premières décisions. Il l'a dit dans cette courte vidéo.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Marie Viennot
Production
Catherine Petillon
Journaliste
Annabelle Grelier
Journaliste
Anne-Laure Chouin
Journaliste
Marie Viennot
Journaliste
Anne-Laure Jumet
Journaliste