France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

On le sait depuis le jour même de son élection à la présidence de la République, François Hollande a un problème avec le climat."Ca se dérègle ma bonne dame, on ne maitrise plus rien, ça peut vous tomber sur la tête à n'importe quel moment".Le président a donc décidé qu'il fallait "engager le monde entier, mais cette fois pour de vrai, pour de bon, dans la lutte contre le réchauffement climatique".C'est tout l'objet de la grande conférence mondiale sur le climat qui doit se dérouler à Paris à la fin de l'année 2015."Nous n'avons pas le choix, explique François Hollande depuis des semaines, il faut que ce soit une réussite. Parce qu'il y a urgence." L'année 2014 a été l'année la plus chaude depuis qu'on a mis en place le relevé des températures en 1880.Alors déjà, charité bien ordonnée commence par soi-même, le président a imposé dans les toilettes à l'Elysée du papier écolabellisé, croient savoir nos confrères du Parisien. Et puis les photocopies, désormais, c'est recto-verso. voilà pour l'exemple. Ensuite, il faut la préparer cette conférence. Alors il est parti aux Philippines. (Il est arrivé cette nuit, je vous rassure, l'aterrissage s'est bien passé) pour lancer cette grande mobilisation sur le climat. Les Philippines étant un archipel composé de près de 7000 îles qui subissent de plein fouet les premiers effets du réchauffement climatique. C'est son envoyé spécial pour la protection de la planète, Nicolas Hulot, qui l'a convaincu d'aller là bas.Et Nicolas Hulot de nous expliquer que l'engagement de François Hollande est sincère. "Il s'est converti à la cause, dit-il, c'est un homme intelligent, il voit bien ce qui se passe ..." Il serait donc tout plein de bonne volonté, notre président. Il voudrait réellement faire bouger les choses. Seulement, au delà de la bonne volonté, on a un peu de mal à lui faire confiance sur sa capacité de réalisation...Il n'est qu'à voir la loi sur la transition énergétique, très édulcorée par rapport au grand discours prononcé lors de la conférence environnementale, en 2013. Y est inscrit notamment l'intention de réduire la part du nucléaire de 75% aujourd'hui à 50% en 2025. (D'ailleurs à ce propos les sénateurs qui viennent de se pencher sur ce projet de loi ont supprimé cette échéance de 2025. Bon, c'est pour l'anecdote. Mais ça montre bien les réticences qui animent nos élus. Mais revenons à François Hollande...)François Hollande, qui, dans le même temps, avait promis la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace avant la fin de son quinquennat. Où en est-on ? Mystère. Rien n'est engagé. Rien n'est programmé. C'est pareil pour l'Ecotaxe. C'était une nécessité absolue pour engager la transition énergétique. Un premier pas indispensable. Mais le président a reculé face à la mobilisation de quelques bonnets rouges ressurgis subrepticement du passé. Manifestement, il y a des urgences qui sont un peu moins urgentes que d'autres.Et puis, en plus des doutes sur sa capacité à réaliser ce qu'il prétend avoir l'intention de faire, on peut aussi s'interroger sur le fait que François Hollande a tendance à entremêler différents intérêts, différents objectifs.Regardez. Aux Philippines, il est parti avec des entrepreneurs, certes qui font dans l'écologie, mais pour vendre le savoir faire français.Même chose avec la conférence sur le climat, on se demande dans quelle mesure, à défaut d'engager une véritable transition énergétique en France, il ne va pas en profiter pour en faire l'étendard derrière lequel il pourra à nouveau faire revenir les verts, afin de reconstruire sa majorité et préparer sa réelection en 2017. Au bout du compte, tout ça nous donne l'image d'un président, certes intelligent, mais aussi opportuniste, calculateur, dont on ne sait pas vraiment s'il a une hiérarchie dans ses priorités. L'image en quelque sorte d'un président gestionnaire, qui navigue au gré des courants...Il faudrait le prévenir, que par les temps qui courrent, les courants sont de plus en plus chauds. Et qu'ils sont suscpetibles de générer des cyclones, ou des typhons, comme ceux qui ravagent depuis quelques temps les Philippines...