France Culture
France Culture
Publicité

Ce qui est à peu près certain, c'est que le Parti Socialiste ne remportera pas les élections régionales au mois de décembre...

Manifestation du Front national du 1er mai 2012 à Paris
Manifestation du Front national du 1er mai 2012 à Paris
© Radio France - Frédéric Says

Les stratèges, au PS, en sont à faire les comptes. "Les régions, si on en conserve trois... sur treize... en Métropole... ce sera déjà pas mal".Midi Pyrénées - Languedoc Roussillon, c'est plutôt bien parti. Il y a bien plusieurs listes de gauche au 1er tour. Mais dans une logique de rassemblement au second tour, ça devrait passer haut la main...Tout comme en Aquitaine - Limousin - Poitou Charentes. Bon, c'est vrai, le Limousin se sent un peu exclu, oublié, mis à l'écart. La région est immense et Bordeaux va faire office d'aimant, de pôle d'attraction. On risque donc d'avoir un fort degré d'abstention dans l'électorat limougeot traditionnellement ancré à gauche. Mais bon, globalement, ça devrait passer... Et puis la Bretagne également. Avec Jean Yves Le Drian comme candidat. Officiellement il ne l'est pas encore. "Mais il y va. Bien sûr, explique un responsable socialiste. La question n'est pas de savoir s'il y va mais s'il y reste. Après. Quand il sera élu..."Donc. Voilà. Ca fait trois. Trois sur treize. C'est pas beaucoup hein...Le PS espérait bien pouvoir conserver l'Ile de France, avec en chef de file le président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone. Seulement, ça ne prend pas, il n'y a pas d'effet Bartolone...Et puis il y a cette affaire, qui vient de sortir, de présumé emploi fictif dans le département de la Seine St Denis. A deux mois du premier tour, ça n'est pas bon. Il pourrait donc falloir faire une croix sur l'Ile de France...C'est donc la droite qui devrait en profiter...C'est bien parti dans pas mal de régions. D'autant qu'elle a réussi à faire l'union avec le Centre, et bien souvent jusqu'au Modem de François Bayrou. Seulement, il y a un problème : le Front National. Eh oui. A quelle hauteur va se retrouver le Front National ?..."Avec cette histoire de migrants, les choses ont changé en quelques mois", explique un responsable du parti "Les Républicains". "Sur le terrain, les gens ne parlent que de ça. Et ils n'en veulent pas. Ils ont peur. Peur d'un afflux massif, poursuit-il. Peur de l'islam. Peur pour leurs emplois. Peur pour leurs enfants"... Il tempère quand même : "Pas dans les grandes villes. Enfin, moins dans les grandes villes. Mais ailleurs, c'est flagrant. Et le discours de Marine Le Pen, je peux vous dire qu'il prend..."D'ailleurs, au FN, on l'a bien compris. Il y a encore un mois, les têtes de listes Front National avaient prévu de faire campagne sur "oubliés des Grandes Régions", ceux qui habitent à l'écart des grands pôles d'attraction urbains...Aujourd'hui, terminé. Même si les régions n'ont aucune compétence en matière d'immigration, Marine Le Pen et ses lieutenants ne parlent plus que de "migrants", de ces "vagues migratoires" qui vont supposément "déferler" sur la France...Et ils le font d'autant plus volontiers que l'affaire Nadine Morano a encore une fois montré qu'il y avait un vrai problème, sur cette question, au sein de la droite dite républicaine...Résultat, "ça ne sent pas bon", reprend ce responsable de "Les Républicains" cité plus haut. "Dans certaines régions, comme en Ile de France, ça affaiblit nos candidats. Et dans d'autres, comme en Nord Pas de Calais Picardie ou en PACA, ça donne de réelles chances de victoires au Front National"... "Et si c'est le cas, conclue-t-il, si le FN ne remporte ne serait-ce qu'une seule région, on aura perdu. La victoire sera entachée. La droite aura perdu..." Pour autant, la défaite n'aura peut être pas le même parfum pour tout le monde...Du côté de la majorité, François Hollande et le Parti Socialiste pourront dire : "Vous voyez ! Il faut que la Gauche se rassemble, qu'elle soit unie, pour pouvoir gagner"...Et à droite, Nicolas Sarkozy pourra lui aussi brandir le danger frontiste tout en récupérant son discours, tandis que ses adversaires à la primaire pourront faire valoir qu'il n'est, finalement, peut-être pas le mieux placé pour faire l'unité et faire gagner sa famille politique...Bon, certes, le FN aura gagner une ou deux régions, mais ceux là considereront sans doute qu'au bout du compte, il y aura eu plus de peur que de mal...

Publicité

L'équipe