S'agit-il d'un ciel "partiellement nuageux" ou "partiellement ensoleillé" ?
S'agit-il d'un ciel "partiellement nuageux" ou "partiellement ensoleillé" ?
S'agit-il d'un ciel "partiellement nuageux" ou "partiellement ensoleillé" ? ©AFP - Wladimir Bulgar / Science Photo Li / WBU / Science Photo Library
S'agit-il d'un ciel "partiellement nuageux" ou "partiellement ensoleillé" ? ©AFP - Wladimir Bulgar / Science Photo Li / WBU / Science Photo Library
S'agit-il d'un ciel "partiellement nuageux" ou "partiellement ensoleillé" ? ©AFP - Wladimir Bulgar / Science Photo Li / WBU / Science Photo Library
Publicité
Résumé

L'euphémisme est porté au rang d'art par l'exécutif.

En savoir plus

"Le langage politique est devenu une langue morte", a dit un jour Manuel Valls. Mais ce langage politique fait montre, pourtant, d'une étonnante inventivité. Le gouvernement, tout spécialement, a injecté dans le discours public toute une série de mots. Ils ont un point commun, l'euphémisme. Quelques exemples : 

On ne dit plus "expulser" un migrant, mais l'"éloigner". 

Publicité

On ne dit plus "en banlieue", mais "dans nos quartiers".

On ne dit plus "à la campagne", mais "dans nos territoires".

On ne dit plus que "les dépenses seront réduites", mais "les dépenses seront priorisées". 

On ne mène plus des "réformes", mais des "transformations". 

Bien sûr, le phénomène ne date pas de la présidence Macron. Trouver une formule rassurante, comme paravent à la difficulté, est forcément tentant lorsqu'on est au pouvoir. Ainsi, tous les gouvernements ont préféré parler de "prélèvement" plutôt que d'"impôt" ; de "demandeur d'emploi" plutôt que de "chômeur" ; et de "croissance négative" plutôt que de "récession". Cela épouse d'ailleurs un mouvement sociétal plus large, qui vise à gommer la teneur négative des mots, comme l'avait repéré l'humoriste américain George Carlin : 

"Un 'crash de voiture' est devenu un 'accident automobile', une 'voiture d'occasion' est devenue une 'voiture qui a déjà roulé' et un 'ciel partiellement nuageux' est devenu un 'ciel partiellement ensoleillé' !"

Le monopole de l'expression brute

Politiquement, l'exécutif actuel a porté cette symphonie de l'euphémisme à des niveaux inédits. Les gouvernements précédents n'osaient pas nommer les pauvres, de peur de paraître condescendants ; ce gouvernement n'ose pas nommer les riches, qu'il rebaptise « premiers de cordée ». Dès lors, le risque est de laisser aux partis extrémistes le monopole de l'expression brute.

L'usage de l'euphémisme permanent est-il consubstantiel au macronisme ? 

Vous avez des questions pas faciles dès le matin, Guillaume... Oui, sans doute pour une part. Disons que la communication doit cadrer avec le visage pondéré, nuancé, souriant, bienveillant, qu'a montré Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle. Le vocabulaire est donc à l'avenant : il est volontairement ouaté, assoupli, adouci... Doux comme une démonstration du « Et en même temps ». Les quelques contre-exemples, comme le "bench-mark" des migrants, expression de Gérard Collomb, choque d'autant plus, par contraste. Un peu comme un coup de klaxon au milieu d'un sieste ; après l'assoupissement bercé par la mélodie des euphémismes. 

On en arrive donc à un paradoxe : longtemps, les gouvernements ont montré les muscles pour mieux masquer leur immobilisme. Du "karcher" au "zéro SDF". Souvent, ces exécutifs ont compensé avec l'outrance des mots l'impuissance des actes. C'est aujourd'hui l'inverse. Nous sommes en présence d'un gouvernement qui en dit moins qu'il n'en fait.  Ni langue de bois, ni langue morte, c'est en fait une langue de coton. Elle câline et désamorce ; elle apaise et endort ; elle en est d'autant plus redoutable.

Frédéric Says

Références

L'équipe

Frédéric Says
Production