Mais où se trouvent la gauche et la droite ?  ©AFP - Jean Liou
Mais où se trouvent la gauche et la droite ? ©AFP - Jean Liou
Mais où se trouvent la gauche et la droite ? ©AFP - Jean Liou
Publicité
Résumé

Pour nombre de formations politiques, le clivage gauche/droite n'est plus pertinent.

En savoir plus

Où est passé le clivage gauche-droite ? Serait-il comme le franc, la télévision hertzienne ou la vignette automobile, une sorte de vague souvenir ? N'allons pas trop vite : ce clivage continue à structurer en partie la vie politique française. Sur des thématiques comme le rapport à l'immigration ou à l'impôt, il reste assez pertinent. Mais les forces politiques en dynamique ces dernières années refutent catégoriquement ce clivage. 

En Marche l'a emporté avec un discours qui voulait le transcender ("le mouvement ne sera pas à gauche, pas à droite"). Emmanuel Macron professe une autre séparation, entre les démocraties libérales et illibérales. 

Publicité

Le Rassemblement national, lui, préfère depuis longtemps se dire "ni de droite ni de gauche", ni bien sûr d'extrême-droite... Marine Le Pen décrit désormais un écosystème où s'opposeraient les "patriotes" aux "mondialistes".

Jean-Luc Mélenchon n'utilise plus le mot « gauche ». On le voit d'ailleurs dans le changement de bannière entre la présidentielle de 2012 et celle de 2017. Le Front de gauche a laissé la place à la France insoumise. Rien d'anodin. Ce changement est théorisé.

"Stratégie populiste"

L'idée n'est plus d'incarner la gauche mais le peuple. Selon Jean-Luc Mélenchon, le mot "gauche" ne parle plus à grand-monde. En particulier, dit-il, parce qu'il a été "sali" par François Hollande. Il y a quelques jours sur Twitter, l'avocate Raquel Garrido, membre de la France insoumise, assumait ce changement de doctrine :  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Elle était interpellée sur le réseau social par un militant France Insoumise un peu déboussolé, un peu troublé, aussi, de voir des responsables de son parti accorder des interviews à Valeurs actuelles

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Résultat : si vous écoutez les interviews des cadres de la France insoumise, il n'y a pas ou plus le mot "gauche". Le terme est remplacé par des périphrases plus ou moins explicites comme "notre famille politique" ou bien "les forces de progrès". 

Voilà donc comment les partis qui ont émergé ces dernières années ont jeté à la poubelle cette distinction gauche-droite qui date de la Révolution. René Rémond, qui classifiait les 3 droites (orléaniste, bonapartiste, légitimiste), y retrouverait-il ses petits ? 

"Pas socialiste"

Cela dit, la prise de distance de Jean-Luc Mélenchon n'est pas nouvelle. Plusieurs candidats ont ainsi tenté de décoller l'étiquette partisane. Pour parler au-delà du cercle des militants, des sympathisants, s'adresser à tous les électeurs, y compris à ceux qui ne se retrouvent pas dans la distinction droite-gauche. C'est ce qu'avait fait Lionel Jospin au moment de la campagne de 2002 : 

"Je suis socialiste d'inspiration, mais le projet que je propose au pays n'est pas un projet socialiste". (France 2)

Cette phrase n'a pas vraiment porté chance à son auteur, mais sans doute y avait-il bien d'autres causes à l'échec. 

En réalité, remiser l'axe gauche-droite au rayon des vieilleries et prétendre parler au nom du peuple, c'est s'octroyer une plus grande souplesse idéologique. Dès lors, vous n'êtes plus tenu à la fidélité envers une histoire politique, envers des valeurs reçues en héritage. 

Autrement dit, sur la longue route de la politique, vous voyagez plus léger. Sans les bagages théoriques et les grimoires programmatiques. 

Le risque est aussi celui d'une politique sans mémoire et sans corpus intellectuel. Car "représenter le peuple", ce n'est un marqueur politique singulier. N'est-ce pas, en démocratie, la moindre des choses.

Frédéric Says

Références

L'équipe

Frédéric Says
Production