Publicité
Résumé

Jean-Luc Mélenchon, Bruno Le Maire... Les candidature à l'élection présidentielle de 2017 se multiplient. Mais qu'est-ce qu'une entrée en campagne réussie ? Exemples historiques de ce qu'il faut (ne surtout pas) faire.

En savoir plus

Se voir à l’Élysée, c'est bien, encore faut-il d’abord réussir sa déclaration de candidature. Voici donc quelques conseils, si jamais l’envie vous en prend. L’Histoire regorge d’exemples et surtout de contre-exemples. En 1995, Édouard Balladur se lance dans la course, le ton monotone et l’ennui ostentatoire, dans une allocution sous les dorures de son bureau de Matignon :

Edouard Balladur se déclare depuis Matignon - 1995

14 sec

L’annonce officielle, plate, depuis les palais de la République n’a jamais porté chance à ceux qui s'y sont essayé. En 2002, Lionel Jospin se déclare d’un simple fax à l’Agence France Presse. Une formalité ? Comme dirait Brassens, la suite lui prouva que non. La jurisprudence nous enseigne qu’il vaut mieux se déclarer le plus loin possible de la capitale, pour ne pas être accusé de Parisiano-centrisme, au besoin entouré par vos fans, pour faire la claque… C’est ce que fit François Hollande en 2011 depuis la Corrèze, comme avant lui Jacques Chirac. En 2002, l’ancien président est entré dans l'arène au moyen d’un dialogue faussement improvisé avec une élue locale du côté d’Avignon :

Publicité

2002 : Jacques Chirac candidat depuis Avignon

22 sec

Si vous êtes plus pudique, préférez la concision un peu altière, façon François Mitterrand sur le plateau du JT en 1988 :

1988 : Mitterrand, tout en concision

8 sec

Au-delà de l'exercice de style

La déclaration de candidature n’est pas simplement un exercice de style ou de communication. C’est un moment un peu sacré dans une campagne, l’instant qui indique d’où vous parlez, dans les deux sens du terme. La première impression - comme en amour, la plus importante. C’est aussi le moment qui peut donner de l’élan à votre campagne ou le briser. L’effet de surprise est essentiel, le timing aussi. Jacques Chaban-Delmas a payé pour le savoir :

1974 : Jacques Chaban-Delmas officialise sa candidature

6 sec

En 1974, Chaban-Delmas annonce maladroitement sa candidature alors même que Georges Pompidou, qui vient de mourir, n’est pas encore enterré : le faux-pas, qui marque le début de la fin. Certes, une déclaration de candidature réussie n’assure pas obligatoirement une entrée à l’Élysée, mais une déclaration ratée en prive à coup sûr.

Références

L'équipe

Frédéric Says
Production