France Culture
France Culture
Publicité

La majorité en fait-elle assez pour défendre les symboles chrétiens ?

Depuis quelques jours, montent à nouveau ce genre de refrains, notamment sur les réseaux sociaux, selon lesquels il y aurait dans le discours du gouvernement et de la majorité deux poids - deux mesures, et une indignation sélective en ce qui concerne les atteintes à la religion, aux croyances et à la foi dans ce pays. En substance, les actes islamophobes ou antisémites seraient bien plus dénoncés par nos responsables politiques (surtout de gauche) que les actes anti-chrétiens.

Publicité

On voit très bien quel discours se cache derrière cette petite musique, qu'il faut écouter attentivement; et qu'il faut tenter de comprendre, parce qu’il y a là un phénomène aux conséquences potentiellement très dangereuses.Les incendies de deux églises en Seine-et-Marne, ce dimanche, ont ravivé ce sentiment, d'autant qu'un de ces incendies, à Fontainebleau, est d’origine criminelle.

Et même si le ministère de l’intérieur a condamné, rapidement et explicitement cet acte, même si Bernard Cazeneuve s’est rendu sur place hier, rien n’y fait : la petite musique continue à monter, et un flot ininterrompu de messages, sur les réseaux sociaux, reprend l’idée selon laquelle la foi chrétienne est politiquement maltraitée en France, ou en tout cas mal considérée : nombre de ces messages venant de responsables politiques des Républicains, avec par exemple Brigitte Kuster, toute nouvelle porte-parole du parti de Nicolas Sarkozy, qui en conférence de presse affirmait hier, contre l’évidence, qu’il n’y avait eu "aucune réaction du gouvernement" dans cette affaire.

Roger Karoutchi lui, a trouvé “lassant” (c’est son terme) que soit qualifié de déséquilibré l’auteur de l’acte antisémite d’hier à Marseille, sous-entendu qu’il soit excusé d’emblée, ce qui n’a pourtant pas été le cas, tandis que l’incendie de Fontainebleau ne provoquait aucun émoi.

On pourrait citer également Nadine Morano, Pierre Lellouche, ou Philippe Meunier, député LR du Rhône, qui explique que François Hollande prefère prendre le thé à la mosquée que de réagir aux incendies. Autant de paroles politiques, autant d'approximations, venant d’une droite plus arqueboutée que jamais sur la question religieuse et les racines chrétiennes de la France, agissent, qui agiront comme comburant sur une vieille flamme d’extrême droite, qui ne demande qu’a s'étendre.

L'équipe